Preuve de l’existence de Dieu

mercredi 13 mars 2013, par Paul Adrien d’Hardemare

Les arguments concernant l’existence de Dieu font l’objet depuis les trois dernières décennies d’une refonte approfondie. Un article de Robert Koons « A New Look on Cosmological Argument » témoigne de ce renouveau.

Nous proposons un traduction de cet article (cf. pièce jointe).

PDF - 229.3 ko
Un nouveau regard sur l’argument cosmologique
Robert C. Koons
trad. Paul Adrien d’Hardemare

Dans cet article, Koons affirme la nécessité de jeter un « nouveau regard » sur les preuves de l’existence de Dieu car les critiques qui leur sont adressées, grâce aux récentes avancées en philosophie analytique, seraient dépassées.

L’argument est le suivant : il existe des choses qui auraient pu ne pas exister. Ces choses forment un ensemble, l’univers. Donc l’univers existe mais aurait pu ne pas exister. Donc quelque chose qui ne fait pas partie de l’univers contingent, a causé l’existence de cet univers : Dieu, conçu comme réalité nécessaire.

On le voit : la trame argumentative est traditionnelle. Ce qui ne l’est pas, en revanche, c’est l’intégration dans cette trame argumentative de la logique « révisable », de la méréologie, de la distinction entre nécessité métaphysique et nécessité logique, l’articulation entre contingence et causalité, le contournement de la question de l’infini physique, la mouture de l’intelligent design, et la critique de la mythologie athée (le hasard, les mondes parallèles, etc). L’argument y acquiert une robustesse et une modernité étonnantes.

Quoique nous puissions formuler des réserves sur des détails (contingence relative de l’univers, attributs infinis), cet argument semble un exemple particulièrement abouti de ce que la philosophie analytique peut offrir à la théologie. Nous présentons donc une traduction de son article.

2 Messages

  • Preuve de l’existence de Dieu Le 9 janvier à 20:06, par jean Dunscott

    Sidérant
    Il est heureux que dIeu n’existe pas sinon il aurait eu honte d’être prouvé de cette manière.

    Dissimuler un raisonnement faux en sous un symbolisme mathématique est insultant pour le lecteur.
    Au maximum le raisonnement démontrerait que Dieu c’est l’univers et qu’il s’est créée lui même, mélange impur de Descartes et de Spinoza. causa sui et sive natura
    Les attributs infinis de Dieu sont à mourir de rire ou a hurler, il n’y que trois qui puisse être un attribut non infini ? Pourquoi pas huit ?
    si ce monsieur est prof de philo aux states c’est encore plus inquiétant. a t il entendu parler de théologie apophatique. ?
    Le raisonnement se résume à : l’existence du contingent implique un necessaire il y a un contingent donc il y a un nécéssaire
    mais rien ne prouve la contingence de l’univers, les universites du texas resteront contingentes
    rien ne permet d’égaler le nécessaire à un Dieu
    a mourir de rire

    Pb : avec la même logique, essayez de prouver l’inexistence de l’auteur, on doit y parvenir

    Répondre à ce message

  • Preuve de l’existence de Dieu Le 10 janvier à 20:30, par theopedie

    Honnêtement, je crois que cet argument est non seulement correct, mais très bien présenté. Le symbolisme logique (et non pas mathématique) est traditionnel dans le contexte de la philosophie analytique anglo-saxonne, et n’a rien de pédant. Si vous l’aviez correctement lu, vous auriez aussi vu que l’article répond à vos objections. Je vous concède votre critique sur le nombre 3, qui ne m’a pas convaincu non plus. Pour le reste, je souhaite de progresser dans le chemin de la philosophie.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article