Pourquoi y a-t-il plusieurs évangiles ?

lundi 25 novembre 2013, par Paul Adrien d’Hardemare

Le nombre d’évangiles canoniques ou apocryphes se comptent en plusieurs dizaines : il y a l’évangile de Matthieu, de Luc, de Marc, de Jean, mais aussi le protoévangile de Jacques, l’évangile des Hébreux, des Nazaréens, de Philippe, etc.

Les quatre Évangiles
Documentaire KTOTV
KTOTV

A cela, il y a une raison simple : les premières missions chrétiennes ne sont pas faite sous l’influence d’un organisme central et il n’existait pas de « manuel du christianisme » commun. A cette époque, le principal support de la connaissance était la mémoire vivante de chaque missionnaire : chaque missionnaire avait appris par cœur certains épisodes de la vie de Jésus et certaines de ses paroles et ils les transmettaient à la communauté qu’ils fondaient. C’est uniquement quand le besoin s’en faisait ressentir - lorsque par exemple le fondateurs et leurs témoins oculaires étaient sur le point de mourir - que l’on mettait par écrit ces vies de Jésus. Rien d’étonnant donc à ce qu’il y ait eu foison d’évangiles.

Par la suite, les chrétiens n’ont jamais cherché à établir un unique évangile à partir de tous ces différents évangiles. Une seule tentative a été faite (le diatessaron de Tatien) mais sans lendemain. Au contraire, cette pluralité des évangiles a toujours été respectée, voire même honorée. A cela, plusieurs raisons :

  • Plusieurs versions d’un même fait permettent d’en donner un récit plus complet. Chaque évangile apporte ainsi sa nuance propre et son éclairage propre : l’évangile selon Matthieu met par exemple l’accent sur les prophéties accomplies par Jésus, tandis que celui selon Jean met l’accent sur sa divinité.
  • Par authenticité et honnêteté, il convient de ne pas chercher à gommer indûment les divergences entre les différentes versions. Ces divergences ont d’ailleurs un intérêt pédagogie : elles promeuvent une certaine distance critique par rapport au texte et obligent à un travail d’interprétation. Inversement, plusieurs versions convergentes d’un même fait plaident en faveur d’une véracité.
  • Retenir plusieurs livres est une manière d’honorer l’inspiration et le travail religieux de leurs auteurs. De la même manière, retenir plusieurs livres en usage dans différentes communauté est une manière de garantir et de favoriser une communion entre Églises.

Répondre à cet article