Pourquoi les douze apôtres sont-ils douze ?

samedi 22 juin 2013, par theopedie

Le choix de douze disciples avait pour les contemporains juifs de Jésus une signification immédiate : le nombre des douze apôtres rappelait le nombre des douze tribus juives. Au temps de sa fondation, Israël était en effet une fédération de douze tribus unies par une même religion. Les juifs avaient coutume de faire remonter l’origine de ces douze tribus à douze patriarches : Ruben, Siméon, Lévi, Juda, Dan, Nephthali, Gad, Aser, Issacar, Zabulon, Joseph, Benjamin. C’est la descendance de chacun de ces patriarches qui aurait donné naissance à chacune des tribus juives. Afin de souligner l’unité religieuse et politique de ces tribus, les juifs voyaient dans ces douze patriarches douze frères, tous issus d’un même père, Jacob.

Les 12 Apôtres
Documentaire (les mystères de la Bible)
Kagemni Andolmo

C’est dans le livre de la Genèse que sont consignées les histoires de Jacob et de ses douze fils. On y apprend comment, au terme d’une longue lutte spirituelle, Jacob obtint de Dieu le surnom d’Israël, c’est-à-dire « Celui qui est fort avec Dieu ». De là vient que les juifs soient appelés les « Israëlites » : « Israëlites » signifiant « Les fils d’Israël ». Pour la Bible, ce sont donc les douze fils de Jacob qui forment les douze tribus d’Israël et c’est ainsi que 12 est devenu un chiffre sacré dans la Bible, servant à désigner le peuple juif dans son ensemble.

Jésus, en choisissant douze disciples, reprend ce symbole politique fondateur. En envoyant douze apôtres en mission, il montrait que son message était destiné à tout Israël. En fondant une communauté à partir d’un groupe de douze disciples, il voulait montrer que c’était le peuple juif en entier qui devait être refondé.

Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d’expulser les esprits mauvais et de guérir toute maladie et toute infirmité. Voici les noms des douze Apôtres : le premier, Simon, appelé Pierre ; André son frère ; Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère ; Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu le publicain ; Jacques, fils d’Alphée, et Thaddée ; Simon le Zélote et Judas Iscariote, celui-là même qui le livra. Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes : « N’allez pas chez les païens et n’entrez dans aucune ville des Samaritains. Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël. Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche. »

Mt 10:1-7 (Bible en Français Courant=BFC])

JPEG - 13.5 ko
Les douze apôtres (missionnaires)

Pour Jésus et ses disciples, les douze tribus juives issues de la chair de Jacob n’étaient pas la réalité finale voulue par Dieu. Elles étaient le signe d’une promesse encore à accomplir, la promesse d’un peuple qui serait uni non pas d’abord par des liens du sang et de la chair, mais d’abord par des liens spirituels. Ou, pour le dire autrement, Jésus voulait accomplir dans la communauté des douze apôtres la version spirituelle des douze tribus d’Israël :

En effet, le vrai Juif n’est pas celui qui l’est seulement en apparence et qui est circoncis seulement de façon visible, dans sa chair. Mais le vrai Juif est celui qui l’est intérieurement, qui est circoncis dans son cœur, d’une circoncision qui dépend de l’Esprit de Dieu et non de la loi écrite. Ce vrai Juif reçoit sa louange non des hommes, mais de Dieu.

Rm 2, 28-29 (Bible en Français Courant=BFC])

Cette symbolique, fondée dans l’histoire de Jacob et reprise de manière originale par Jésus à travers les douze apôtres, a été reprise dans le livre de l’Apocalypse. Dans ce livre, la religion chrétienne est comparée à une ville venue du ciel :

JPEG - 241.5 ko
Enluminure « La Jérusalem céleste »
Extrait de L’Apocalypse de Jean enluminée

(Pascal Meier)

Elle avait une très haute muraille, avec douze portes, et douze anges gardaient les portes. Sur les portes étaient inscrits les noms des douze tribus du peuple d’Israël. Il y avait trois portes de chaque côté : trois à l’est, trois au nord, trois au sud et trois à l’ouest. La muraille de la ville reposait sur douze pierres de fondation, sur lesquelles étaient inscrits les noms des douze apôtres de l’Agneau (Jésus).

Ap 21, 12-14 (Bible en Français Courant=BFC])

3 Messages

Répondre à cet article