Pourquoi Jésus a-t-il purifié le Temple ?

vendredi 12 juillet 2013, par theopedie

Il y a plusieurs manières de comprendre la manière violente dont Jésus a purifié le Temple, mais il faut faire attention à ne pas surinterpréter ce geste :

Jésus purifie le Temple
Extrait de Jésus Nazareth de Zeffirelli
theopedie

  • Si Jésus a été acclamé comme roi et si une certaine agitation politique entourait ce personnage, Jésus n’était pas un rebelle entendant faire un acte violent de subversion : il s’est lui-même décrit comme un roi, « doux et humble de cœur », monté sur un ânon, le petit d’une bête de somme.
  • Si aucune scène de l’Évangile ne décrit Jésus en train d’offrir des sacrifices de bétail et si son amitié avec Jean le baptiste l’éloignait certainement des rites du Temple, rien n’indique que Jésus voulait supprimer ces sacrifices. Au contraire, Jésus voulait les parachever dans un sacrifice ultime, celui de sa propre vie. Des scènes de l’Évangile montrent de plus un Jésus respectueux envers le temple (Mt 8:1-4).

En réalité, ce geste était une attaque, non pas contre le Temple en tant que tel, mais contre les abus qui avaient cours à l’intérieur du Temple : certes, les activités commerçantes étaient autorisées par la loi car les sacrifices exigeaient un commerce de bétail et le refus de l’idolâtrie impliquait la nécessité de changer les pièces de monnaie romaines sur lesquelles figuraient des inscriptions païennes, mais ces activités profanes n’avaient pas leurs places dans le Temple de Jérusalem, et encore moins dans le parvis des gentils, l’endroit d’où Jésus a chassé les commerçants.

JPEG - 416.8 ko
Le Temple reconstruit par Hérode
Vue sur le parvis des gentils

Le Parvis des Gentils était une grande place située à l’intérieur du Temple. Elle était réservée aux non-juifs convertis au monothéisme mais non circoncis (les gentils) : ainsi ceux-ci pouvaient-ils s’approcher le plus possible du Saint des Saints, le trône du Créateur, sans avoir pourtant à pénétrer à l’intérieur de l’enceinte sacrée, dans laquelle seuls les juifs pouvaint entrer. En chassant les marchands hors du Temple, c’est cet espace que Jésus entendait rendre à nouveau sacré, permettant ainsi aux gentils de faire des prières qui puissent être acceptées par Dieu.

Cette dimension universaliste du Temple fut d’ailleurs explicitement assumée par Jésus pour justifier son action. Citant un prophète de la Bible, Jésus criait en chassant les marchants : « Ma maison sera appelée une maison de prière pour toutes les nations, mais vous vous en avez fait un repaire de brigands. » (Mc 11:6). Voici comment le pape Benoît XVI commente cette citation :

JPEG - 40.9 ko

Il y a avant tout la vision universaliste du prophète Isaïe (56:7) d’un avenir où, dans la Maison de Dieu, toutes les nations adorent le Seigneur comme le Dieu unique. Dans la structure du Temple, le très grand Parvis des Gentils, où la scène se déroule, est l’espace ouvert qui invite tout le monde à prier le Dieu unique. L’action de Jésus souligne cette ouverture intérieure de l’attente qui, dans la foi d’Israël était vivante. Même si Jésus limitait consciemment son œuvre à Israël, il était toutefois toujours mû par la tendance universaliste d’ouvrir Israël de façon à ce que tous puissent reconnaître dans le Dieu de ce peuple le Dieu unique commun à tout le monde. À la question de savoir ce que Jésus a vraiment apporté aux hommes, dans la première partie, nous avons répondu qu’il a apporté Dieu aux hommes. D’après ce qu’il dit, lors de la purification du Temple, il s’agit précisément de cette intuition fondamentale : enlever ce qui est opposé à la commune connaissance et adoration de Dieu - donc ouvrir l’espace d’adoration à tous (Jésus de Nazareth, dernier tome, Benoit XVI).

Jésus agit ainsi avec le sentiment d’accomplir enfin la religion juive, c’est-à-dire en l’ouvrant à l’aspiration commune de tout homme : voir et prier le Dieu unique. Pour ce faire, il purifie le Temple juif, profané par des activités lucratives qui empêchaient aux hommes de bonne volonté de prier correctement. Ayant purifié le Temple, il le rétablit alors dans sa fonction première : en faire une maison de prière et d’enseignement. Par cette purification, il revivifie enfin le Temple : on raconte que, après la purification, une foule de lépreux et d’enfants envahirent le Temple. Le Temple redevenait un lieu de guérison, une image de la miséricorde divine et du vrai sacrifice grâce à Jésus qui purifiait les lépreux, tandis que les enfants acclamaient Dieu à travers son prophète (Mt 21:12-14).

Répondre à cet article