Pourquoi Jésus a-t-il été baptisé ?

mardi 4 juin 2013, par theopedie

L’ablution de Jésus par Jean le baptiste (le baptême du Christ) marque le début officiel de son activité prophétique. Cet événement est rapporté dans l’évangile de Matthieu, Marc et Jean (l’évangile selon Jean ne rapporte pas la scène directement, mais seulement indirectement). Avec sa crucifixion, cet épisode de la vie de Jésus fait partie de ceux tenus pour certains historiquement.

 Où est le problème ?

Le baptême de Jésus
Extrait du film Jésus de Nazareth, de Zeffirelli
theopedie

Jean proclamait un baptême de repentance et incitait les gens à changer de vie s’il voulait entrer dans le paradis terrestre : « Repentez-vous, disait-il, car le royaume des cieux s’est approché ! ». Son baptême avait ainsi valeur d’ablution sacrée. Il déclarait aussi que, juste après lui, allait venir le Saint (le Messie), celui qui inaugurerait le paradis qu’il proclamait. Et il allait l’inaugurer dans une ablution de feu et de vie sacrée (Esprit Saint) :

Moi, je vous baptise avec de l’eau pour montrer que vous changez de comportement ; mais celui qui vient après moi vous baptisera avec le Saint-Esprit et avec du feu. Il est plus puissant que moi : je ne suis pas même digne d’enlever ses chaussures. Il tient en sa main la pelle à vanner et séparera le grain de la paille. Il amassera son grain dans le grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint jamais. »

Mt 3, 11-12 (Bible en Français Courant=BFC])

Or, quand Jésus arrive vers Jean, Jean reconnaît en Jésus le Saint. Il le désigne à ses disciples comme « l’agneau de Dieu ». Or, voici que celui-ci demande à être ablutionné ! Jean commence par refuser, car, pour lui, être ablutionné c’est reconnaître ne pas être pur et avoir commis des fautes envers Dieu et les hommes. Or, si Jésus est le Saint de Dieu, il ne peut pas avoir commis de telles fautes. Jean est donc embarrassé et refuse d’ablutionner Jésus. Mais voilà que Jésus affirme à nouveau vouloir être ablutionné :

Alors Jésus vint de la Galilée au Jourdain ; il arriva auprès de Jean pour être baptisé par lui. Jean s’y opposait et lui disait : « C’est moi qui devrais être baptisé par toi et c’est toi qui viens à moi ! » Mais Jésus lui répondit : « Accepte qu’il en soit ainsi pour le moment. Car voilà comment nous devons accomplir tout ce qui a du mérite. » Alors Jean accepta.

Mt 3, 13-17 (Bible en Français Courant=BFC])

JPEG - 151.1 ko
L’ablution (baptême) de Jésus
Jésus a la révélation du paradis.
Peinture de Giotto

 Deux remarques explicatives

Certains commentateurs ont eu tellement de mal à comprendre ce passage que, pour eux, il s’agissait d’une invention apologétique tardive. En fait, Jésus ne serait pas vraiment saint et se serait fait ablutionné comme tout le monde. Ce n’est que plus tard, en écrivant la Bible, que ses disciples auraient inventé ce dialogue entre Jésus et Jean pour concilier leur foi en la divinité de Jésus et le fait qu’il se soit fait ablutionné. À ce propos, deux remarques peuvent être faites.

  • Il n’y a pas lieu de s’étonner de ce que Jean déclare connaître Jésus, même s’il s’agit de leur première rencontre. Certes, les films sur la vie de Jésus nous ont habitués à des baptêmes de masse, mais, même si les baptêmes étaient très nombreux, ils n’étaient probablement faits « en masse ». Jean était extrêmement réputé et les évangiles montrent comment les gens venaient lui demander des conseils. Il était aussi suivi par un groupe de disciples. Jean était autant un prophète qu’un guide spirituel : il avait soin des personnes dont il s’occupait. De plus, l’ablution de Jean était toujours accompagnée d’un aveu des péchés et Jean demandait des gages avant de donner son baptême. Toutes ces raisons incitent à penser que le baptême administré par Jean était précédé d’un court entretien avec celui qui demandait le baptême. C’est probablement au cours de cet entretien que Jean a pu se rendre compte de la qualité de Jésus.
    L’énigme du fils prodigue
    Jésus mange chez des hommes impurs.
    Extrait du film Jésus de Nazareth de Zeffirelli
    theopedie
  • Tout au long de sa vie, Jésus a constamment affirmé être venu pour sauver les criminels et les pécheurs. Voire même, il voulait s’identifier à eux : c’est-à-dire, non pas faire le mal comme eux, mais être tellement solidaire d’eux qu’il serait pris pour l’un deux. Ainsi il pourrait leur parler et, peut-être, les convaincre d’abandonner leur mauvaise vie. Tel serait donc le message de Jésus au baptême : il n’y a rien d’humiliant à partager la vie des criminels. On ne peut pas être le chef d’un peuple si l’on refuse de vivre avec son peuple. À cet égard, cet autre épisode de la Bible peut être révélateur :

Or, comme [Jésus] était à table dans sa maison, il arriva que beaucoup de collaborateurs et de criminels étaient venus pendre place avec Jésus et ses disciples. voyant cela, les intégristes disaient à ses disciples : Pourquoi votre maître mange-t-il avec des collaborateurs et des criminels ? Mais jésus qui avait entendu déclara : Ce ne sont pas les bien-portants qui ont besoin de médecin mais les malades. allez donc apprendre ce que signifie : C’est la charité que je veux et non le sacrifice ; Car je suis venu appeler, non pas les hommes de mérite, mais les criminels".

Mt 9,9-13

 Le sens de l’ablution de Jésus

JPEG - 422.8 ko
Le baptême du Christ

Ces remarques étant faites, nous pouvons maintenant donner la raison donnée par Jésus lui-même à son baptême : « Accepte qu’il en soit ainsi pour le moment. Car voilà comment nous devons accomplir tout ce qui a du mérite. ». Dans sa réponse à Jean, Jésus qualifie l’ablution de « juste », c’est-à-dire de quelque chose qui a du « mérite » et qui « plaît à Dieu ». En effet, Jean veut inciter les gens à se repentir. Or, la repentance des pécheurs est, dans la religion juive, ce qui plaît le plus à Dieu et la véritable source de la pureté. Jean n’a donc pas à craindre de baptiser Jésus : si son ablution est juste, intrinsèquement « saine » et « belle » aux yeux de Dieu, elle peut convenir même à ceux qui n’ont pas commis d’offenses.

Mais nous pouvons aller plus loin : Jésus ne vient pas seulement participer à une expérience spirituelle, poussé par une simple curiosité. Il vient « accomplir » ce qui est juste et ce qui a du mérite. C’est-à-dire il vient lui donner tout leur sens. Il va ainsi mener le baptême de Jean à sa perfection. L’ablution de Jean restait en effet une ablution imparfaite et appelée à disparaître car liée à l’attente d’un sauveur et du paradis. Or Jésus va parachever ce baptême : d’un part en le complétant par ce don de la vie éternelle et de l’Esprit Saint que Jean attendait, d’autre part en révélant la symbolique profonde du baptême. Avec Jésus, le passage à travers les eaux des Jourdain va en effet devenir une image du passage à travers la mort. Pour les juifs, la mer était le royaume de la mort. Jésus va reprendre cette symbolique en mourant sur la croix : de même que c’est en mourant sur la croix que Jésus donnera l’Esprit Saint promis par Jean, de même c’est en mourant au péché que l’on peut accéder au paradis. Tel devient le sens du baptême : mourir au péché pour renaître dans l’Esprit Saint (cf. Rm)

 Conclusion

La véritable ablution pour Jésus n’est donc pas celle du Jourdain : elle est image d’une autre ablution plus tardive et plus douloureuse. C’est l’image de sa propre mort, mort qui mènera Jésus à sa perfection.
Ainsi, le baptême de Jésus n’a rien de surprenant. Toutefois, en dépit de toutes ces considérations, l’ablution de Jésus va prendre une tournure que ni Jean ni Jésus lui-même n’avait prévue...

Documents joints

  • Le baptême de Jésus (Youtube – 155 octets)

    Extrait du film d’animation « Il était une fois Jésus »

Répondre à cet article