Peut-on séparer le contrat de mariage et sa sacramentalité ?

samedi 28 février 2015, par theopedie

Pour les chrétiens, le contrat (l’alliance matrimoniale) et le sacrement ne sont pas distincts : il s’agit d’une et même chose. En d’autres termes, il n’est pas possible d’être mariés validement entre chrétiens sans que ce mariage soit de ce fait sacramentel. Pour les mariages entre chrétiens et non chrétiens, il faut en revanche distinguer contrat de mariage et sacramentalité (le mariage devenant sacramentel par le baptême). C’est dans l’encyclique Arcanum du pape Léon XIII que se trouve de la manière la plus explicite cette affirmation :

Que nul ne se laisse tromper par cette distinction si chère aux régalistes qui séparent du sacrement le contrat matrimonial, dans l’intention d’abandonner à l’Église le mariage en tant que sacrement pour le réserver en tant que contrat au pouvoir et au bon plaisir des princes temporels. Cette distinction, ou plutôt cette disjonction, est inadmissible puisque, dans le mariage chrétien, comme tous le savent, le contrat est indissolublement uni au sacrement et que, par conséquent, il ne peut y avoir contrat véritable et légitime sans qu’il y ait en même temps sacrement. Car Jésus Christ, notre seigneur, a conféré au mariage la dignité sacramentelle : or, le mariage n’est pas autre chose que le contrat lui-même légitimement conclu.

En outre, si le mariage est un sacrement, c’est parce qu’il est un signe sacré et efficace de la grâce et une image de l’union mystique de Jésus Christ avec l’Église. Or, l’image de ces mystérieuses fiançailles est précisément reproduite par le lien de l’intime union qui associe l’homme et la femme et qui n’est autre que le mariage lui-même. Ainsi, il est manifeste que tout mariage légitime entre chrétiens est en lui-même un sacrement, et que rien n’est plus erroné que l’opinion d’après laquelle le sacrement ne serait qu’un ornement surajouté ou une qualité extrinsèque, séparable du contrat ».

Ainsi, dès lors que des chrétiens veulent se marier en vérité, leur mariage est de ce fait une icône du Christ, que ces chrétiens l’ignorent ou même qu’ils entendent exclure cette dimension iconique de leur mariage. Mais inversement, celui qui veut exclure le sacrement ne peut non plus se marier validement. Ce que Dieu a uni, l’homme ne peut le dissoudre.

Répondre à cet article