Peut-on postuler l’existence d’un nombre infini d’univers ?

mercredi 25 septembre 2013, par theopedie

L’hypothèse du junky cosmos ou « multivers » est une hypothèse qui postule l’existence d’un nombre infini d’univers causalement séparés les uns des autres. Elle est parfois invoqué par les athées, qui utilisent alors cette hypothèse pour éviter de postuler l’existence d’une réalité créatrice.

PNG - 217.9 ko
La théorie des multivers
Il existe vraiment un univers dans lequel vous êtes Batman !

Cette hypothèse entraîne toutefois un grave inconvénient : utilisée de manière systématique, elle a pour conséquence logique de dévaloriser toute forme d’induction. Si nous acceptons l’hypothèse du junky cosmos pour expliquer toutes les apparences d’ordonnancement de l’univers, alors il nous faut aussi supposer que la simplicité et la régularité des lois naturelles est un artefact lié à un biais d’observation. On postule en effet que les univers existent avec toutes sortes de lois naturelles possibles, aussi complexes et aussi irrégulières que l’on voudra.

Prenons maintenant une généralisation scientifique bien établie. Parmi les univers qui s’accordent avec l’ensemble de ce que nous avons observé jusqu’à présent, le nombre d’univers qui vont rendre caduque cette généralisation est beaucoup plus élevé que le nombre de ceux qui vont continuer à la respecter. La probabilité objective pour que toute les généralisations que nous avons observées n’aient pas d’autre portée que nos observations présentes est presque sûre. Ainsi, s’appuyer sur l’induction dans un tel univers est futile.

Dans cet univers, Batman se parle tout seul
Euh...
loomyaire

En bref, l’hypothèse du junky cosmos est à la fois la violation du rasoir d’Occam la plus flagrante qu’il puisse y avoir et la condamnation à mort de tous les autres usages de ce principe. Cette hypothèse postule une infinité d’entités sans aucune preuve positive, dans le seul but de contourner la nécessité d’expliquer les coïncidences anthropiques observées. C’est le comble de l’irresponsabilité métaphysique, bien pire que les spéculations les plus extravagantes de l’angélologie médiévale. De plus, il sape tous les recours ultérieurs à la simplicité ou à l’économie de l’explication. Si l’hypothèse du junky cosmos est vraie, on peut démontrer que l’hypothèse la plus simple de l’astronomie ou de la biologie n’est pas plus susceptible d’être vraie que les constructions de Rube Goldberg les plus complexes. Nous n’aurions absolument aucune raison, par exemple, de croire que l’hypothèse de Copernic est vraisemblablement plus vraie qu’une version fantastiquement complexe du système de Ptolémée, en tout cas suffisamment sophistiqué pour sauvegarder les phénomènes astronomiques.

Multivers et athéisme
Dommage qu’il y ait la musique.
Malik El-Shabazz, VW2hQCaS6DY, VW2hQCaS6DY

P.-S.

Le texte ci-dessus est un extrait de l’article A New Look at the Cosmological Argument (1996), écrit par Robert C. Koons et reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur et traduit par Paul Adrien d’Hardemare. Merci de le citer avec ces références : Un nouveau regard sur l’argument cosmologique, Robert C. Koons, 1996, trad. Paul Adrien d’Hardemare.

pps : il faudrait encore voir si la notion de multivers est possible. On parle d’une infinité d’univers. Mais il s’agit ici d’un transfini. Ne faudrait-il pas plutôt parle d’un nombre absolu d’univers ? Et cela est-il possible ?

1 Message

Répondre à cet article