Peut-on porter son intention sur plusieurs choses à la fois ?

jeudi 1er octobre 2015, par theopedie

En bref : La technique imite la nature ; or, il arrive que la nature poursuive deux choses bonnes avec un seul instrument : « par exemple la langue sert à la fois pour le goût et pour la parole », remarque Aristote. Pareillement, la technique ou la conscience peuvent ordonner simultanément une même réalité à deux idéaux, et ainsi on peut avoir à la fois l’intention de plusieurs choses à la fois.

L’existence de plusieurs choses simultanée peut être envisagée de deux manières : comme étant articulées entre elles, ou non. Dans le premier cas, il est évident, d’après ce qui a été dit, que l’on peut avoir simultanément l’intention de plusieurs choses. En effet, l’intention porte non seulement sur l’idéal ultime, mais encore sur l’idéal intermédiaire, et c’est simultanément que l’on tend vers l’une et vers l’autre, par exemple vers la confection d’un remède et vers la santé.

Si, au contraire, il s’agit de choses qui ne s’articulent pas entre elles, on peut encore tendre vers plusieurs choses simultanément. On le voit parce que l’on peut choisir une réalité de préférence à une autre, parce qu’elle est meilleure. Or, entre autres conditions qui rendent une réalité meilleure, il y a qu’elle puisse servir simultanément plusieurs idéaux, ce qui justifie le choix dont elle peut être l’objet. C’est ainsi que l’on voit qu’un homme tende vers plusieurs choses à la fois.

Objections et solutions :

1. L’homme, dit st. Augustin, ne peut prendre en même temps comme objet d’intention Dieu et un avantage corporel ; ni, pour la même raison, deux autres choses quelconques.

• St. Augustin souhaite dire ici que l’homme ne peut souhaiter à la fois comme idéal ultime Dieu et les avantages matériels, parce qu’il ne peut y avoir plusieurs idéaux ultimes pour un seul homme, comme on l’a déjà montré.

2. L’intention désigne l’activité de la liberté vers son but. Mais une activité ne peut avoir plusieurs buts sous le même rapport. Donc la liberté ne peut tendre à la fois vers plusieurs choses.

• Une seule activité peut avoir plusieurs buts, et cela, même d’un même point de vue, si l’un de ces buts d’eux est ordonné à un autre ; mais deux buts non ordonnés entre eux ne peuvent, d’un même point de vue, engendrer ensemble une seule activité. Toutefois, il faut prendre garde que ce qui n’a pas d’unité dans la réalité peut être pourtant appréhendé par la raison comme ayant une unité. Or l’intention est une activité de la liberté qui se porte vers quelque chose, activité qui est projet pensé par notre conscience, nous l’avons déjà dit - C’est pourquoi des choses objectivement distinctes peuvent constituer un seul but intentionnel, en tant qu’elles sont acceptées par la raison comme ne faisant qu’un ; soit parce que deux choses concourent à assurer ensemble l’intégrité d’une autre, par exemple le chaud et le froid unis en juste proportion concourent à la santé ; soit parce que ces choses sont comprises sous un but commun qui peut devenir objet d’intention. Par exemple l’acquisition de vin et de vêtements est comprise dans la notion commune de profit ; rien n’empêche en effet celui qui vise le profit de viser simultanément ces deux perfections.

3. L’intention présuppose une pensée, c’est-à-dire une activité de la conscience ou de l’intelligence. Or, selon Aristote, il n’est pas possible de réfléchir en même temps à plusieurs choses ; on ne peut donc pas non plus avoir une intention portant simultanément sur plusieurs idéaux.

• Comme on l’a dit dans la première partie, il arrive que notre intelligence réfléchisse sur plusieurs objets simultanément, en tant qu’ils entretiennent entre eux une certaine unité.

Répondre à cet article