Peut-on être baptisé plusieurs fois ?

vendredi 5 septembre 2014, par theopedie

En bref : S. Paul dit (Ep 4, 5) : « Une seule foi et un seul baptême. » On ne peut donc recevoir plusieurs fois le baptême.

L’article ci-dessous est tiré de la Somme de Théologie de Thomas d’Aquin (III,66,9)

 Thèse

Le baptême ne peut pas être renouvelé.
1° Il est une sorte de renaissance spirituelle, puisque par lui on meurt à la vie passée pour commencer à mener une vie nouvelle : « Personne, à moins d’être né à nouveau de l’eau et de l’Esprit Saint, ne peut voir le royaume de Dieu » (Jn 3, 5). Mais chaque homme ne naît qu’une fois. Aussi le baptême ne peut-il être renouvelé, pas plus que la génération charnelle. Et S. Augustin, sur ce mot en S. Jean : « Peut-on entrer à nouveau dans le sein de sa mère et en ressortir ? » ajoute : « Tu dois comprendre la naissance spirituelle comme Nicodème a compris la naissance charnelle. On ne peut rentrer dans le sein maternel, on ne peut non plus retourner au baptême. »
2° « Nous sommes baptisés dans la mort du Christ » (Rm 6, 3), par laquelle nous mourons au péché et ressuscitons pour une vie nouvelle. Or le Christ est « mort au péché une fois pour toutes » (v. 10), et c’est pourquoi le baptême ne peut être réitéré. L’épître aux Hébreux (6, 6) dit de certains qui voulaient se faire rebaptiser « qu’ils crucifient à nouveau le Fils de Dieu pour eux-mêmes ». Et la Glose ajoute : « L’unique mort du Christ a consacré un baptême unique. »
3° Le baptême imprime un caractère qui est ineffaçable, et qui est conféré avec une sorte de consécration. Or dans l’Église les consécrations ne se renouvellent pas, et le baptême non plus.« Le caractère militaire ne se donne pas deux fois », dit S. Augustin et il ajoute : « Le sacrement du Christ n’est pas moins permanent que cette marque corporelle, et nous voyons que les apostats eux-mêmes ne perdent pas le baptême, puisqu’on ne les rebaptise pas quand ils reviennent par la pénitence. »
4° Le baptême nous est donné surtout pour nous libérer du péché originel. Et comme le péché originel ne se renouvelle pas, le baptême non plus n’a pas à être renouvelé : « Comme par la faute d’un seul la condamnation s’est étendue à tous les hommes, ainsi par la justice d’un seul vient pour tous les hommes la justification qui donne la vie » (Rm 5, 18).

 Objections et réponses

1. Le baptême a été institué pour nous purifier de nos péchés. Le baptême devrait donc être renouvelé, et d’autant plus que la miséricorde du Christ dépasse la faute de l’homme.

  • Le baptême agit par la vertu de la passion du Christ. Aussi, comme les péchés qui sont venus après elle n’enlèvent rien à la puissance de la passion du Christ, ils n’enlèvent non plus rien au baptême au point qu’il faille le renouveler. Mais la pénitence supprime le péché qui faisait obstacle à l’effet du baptême.
    2. Jean Baptiste fut plus qu’un autre loué par le Christ, qui a dit de lui (Mt 11, 11) : « Parmi les enfants des femmes, nul n’a été plus grand que Jean Baptiste. » Mais ceux qui avaient été baptisés par lui étaient rebaptisés, comme nous voyons dans les Actes (19, 5) que Paul rebaptisa ceux qui avaient reçu le baptême de Jean. A plus forte raison faut-il rebaptiser ceux qui ont été baptisés par des hérétiques ou des pécheurs.
  • Sur ce mot de S. Jean (1, 33) : « Moi, je ne le connaissais pas », S. Augustin dit : « Voilà que l’on baptise après que Jean a baptisé, et on ne baptise pas après qu’un homicide a baptisé. C’est que Jean a donné son baptême à lui, et l’homicide a donné le baptême du Christ ; le sacrement est si saint que même l’homicide qui l’administre ne peut le souiller. »
    3. Le Concile de Nicée a décidé qu’il fallait baptiser ceux qui venaient à l’Église de la secte des paulianistes et des cataphrygiens. Il semble que le même motif joue pour les autres hérétiques. Donc ceux qui ont été baptisés par les hérétiques doivent être rebaptisés.
  • Les pauliens et les cataphrygiens ne baptisaient pas au nom de la Trinité. S. Grégoire écrit à l’évêque Quirice : « Les hérétiques qui ne sont pas baptisés au nom de la Trinité, comme les bonosiens et les cataphrygiens », qui partageaient l’erreur des pauliens, « ceux-ci qui ne croient pas à la divinité du Christ », ne voyant en lui qu’un homme ordinaire, « et ceux-là », les cataphrygiens, « dont l’esprit perverti croit que le Saint-Esprit est un homme (Montan), quand ils reviennent à la sainte Église, ils sont baptisés, parce que ce n’est pas un baptême, ce que, dans l’hérésie, ils ont reçu sans l’invocation de la sainte Trinité ». Mais on lit dans les Croyances ecclésiastiques : « Si ceux qui ont été baptisés chez les hérétiques qui baptisent au nom de la sainte Trinité viennent à la foi catholique, qu’on les reçoive comme déjà baptisés. »
    4. Le baptême est nécessaire au salut. Or il y a des baptisés dont le baptême est douteux. Il faut donc les rebaptiser.
  • Une décrétale d’Alexandre III dit : « Ceux dont on doute s’ils ont été baptisés, qu’on les baptise en disant d’abord : »Si tu es baptisé, je ne te rebaptise pas ; mais si tu n’est pas baptisé, je te baptise, etc.« Cela n’est pas recommencer, puisqu’on ne sait pas si cela a déjà été fait. »
    5. L’eucharistie est un sacrement plus parfait que le baptême. Mais on peut recevoir plusieurs fois l’eucharistie. Donc et à plus forte raison on peut renouveler le baptême.
  • Le baptême et l’eucharistie représentent tous deux la mort et la passion du Seigneur, mais chacun à sa manière. Le baptême rappelle la mort du Christ parce qu’il fait mourir avec le Christ pour naître à une vie nouvelle. Mais le sacrement de l’eucharistie rappelle la mort du Christ en nous présentant le Christ lui-même en sa passion comme notre repas pascal, d’après S. Paul (1 Co 5, 7-8) : « Le Christ notre Pâque a été immolé, prenons donc part au festin. » Et de même que l’homme ne naît qu’une fois, mais mange souvent, ainsi on ne donne qu’une seule fois le baptême, mais plus d’une fois l’eucharistie.

Répondre à cet article