Peut-on dire des messes pour les morts ?

jeudi 18 décembre 2014, par theopedie

En bref : Il est possible de demander au prêtre de « dire des messes pour les morts », ou plutôt d’offrir le fruit du sacrifice de la messe pour les défunts. Il s’agit d’une pratique ancienne qui se justifie par la communion des vivants et des morts.

Pour un chrétien, le monde des vivants et le monde des morts sont en communion auprès de Dieu, et de même que les morts peuvent prier pour les vivants (intercessions des saints), de même les vivants peuvent prier pour les morts (prière pour les défunts). Cette espérance existait déjà avant Jésus-Christ (2 Maccabées 12, 43-45), mais c’est Jésus qui l’a confirmée en affirmant que Dieu était un Dieu des vivants et non des morts (Marc 12, 27). La prière pour les morts est une conséquence naturelle de l’espérance chrétienne :

  • espérance dans la miséricorde de Dieu (Ephésiens 2, 4) ;
  • espérance en une vie où il n’y aura plus de larmes ni de deuil (Apocalypse 21, 4) ;
  • espérance en la résurrection des vivants comme des morts ( ) .

JPEG - 37.2 ko
Le purgatoire de Dante
illustré par Gustave Doré

Déjà chez les premiers chrétiens, une telle prière était attestée. Au temps de saint Paul, cette prière ne se faisait pas au cours d’une messe, mais au cours du baptême (1 Corinthiens 15, 29). Puis, avec le développement théologique, la prière pour les morts est devenue liée avec la notion de purgatoire : avant de voir Dieu, l’âme des croyants doit être lavée de toutes ses fautes dans un lieu de purification. La prière pour les morts est alors un moyen de s’associer à leur purification. Actuellement, cette prière a davantage lieu au cours d’une messe.

La prière pour les morts doit être comprise dans le cadre de la célébration du « souvenir de tous les fidèles défunts » que l’Église catholique célèbre le 2 novembre de chaque année, dans la même période que la « solennité » de tous les saints (Toussaint). La célébration du 2 novembre remonte à Saint Odilon, abbé du monastère de Cluny, qui avait introduit cette fête dans la liturgie de tous les monastères dépendant de Cluny, et c’était par un décret en l’an 998. Peu après, la célébration fut adoptée en dehors des monastères et le culte est attesté à Rome à partir du XIVè siècle. La prière pour les morts appartient ainsi à une tradition très ancienne de l’Église ; cette prière consista très tôt en une célébration eucharistique.

Trouvé sur Internet ici

JPEG - 214.9 ko
Le purgatoire de Dante
illustré par Gustave Doré

Voici, à titre d’exemple, comment les morts sont mentionnés dans la troisième prière eucharistique :

Écoute les prières de ta famille assemblée devant toi, et ramène à toi, Père très aimant, tous tes enfants dispersés. Pour nos frères défunts, pour les hommes qui ont quitté ce monde et dont tu connais la droiture, nous te prions : reçois-les dans ton royaume, où nous espérons être comblés de ta gloire, tous ensemble et pour l’éternité, par le Christ, notre Seigneur, par qui tu donnes au monde toute grâce et tout bien.

On a coutume d’accompagner la demande de prier pour les morts d’un offrande de messe.

Est-il utile de prier pour nos défunts ?

Répondre à cet article