Peut-il y avoir des messes oecuméniques ?

dimanche 11 mai 2014, par theopedie

En bref : Quand bien même les messes œcuméniques pourraient être valides si tous les ministres ont été validement ordonnés, elles sont interdites (illicites) sous peine de péché grave. Une messe catholique ne peut être présidée que par un prêtre ou un évêque catholique, à l’exclusion d’éventuels ministres non-catholiques.
CAVEAT : Par messe oecuménique, on entend ici consécration oecuménique. Seuls les prêtres catholiques peuvent consacrer. Ceci n’exclut pas la participation d’autres ministres chrétiens pendant la liturgie de la parole pour des cérémonies particulières. Cette participation peut être l’occasion de rappeler l’unité de foi à laquelle les chrétiens aspirent.

La messe - ou « eucharistie » - est une icône vivante de la communion des hommes entre eux à travers leur union au Christ et à Dieu. Il ne peut ainsi y avoir de messe qu’entre des hommes qui sont en parfaite communion de foi dans le corps du Christ, que l’Église catholique manifeste de manière visible.

Cette nourriture, nous l’appelons eucharistie et personne ne peut y prendre part s’il ne croit à la vérité de ce qu’on enseigne chez nous, s’il n’a reçu le bain pour la rémission des péchés et la nouvelle naissance, et s’il ne vit selon les préceptes du Christ.
(Justin Martyr, première apologie)

JPEG - 59.8 ko
Femme prêtre anglicane
Pour les anglicans, un prêtre n’est pas une icône de Jésus.

A cause des désaccords entre protestants, catholiques et orthodoxes, la communion de foi n’est pas parfaite, mais partielle. Ainsi, il ne peut y avoir de messe œcuménique, c’est-à-dire une messe où participent des ministres de religions chrétiennes différentes [1]. En particulier, un prêtre catholique ne peut concélébrer avec un pasteur protestant.

Une note du Vatican stipule que de telles messes, parce qu’elles dénaturent le sens profonde de la communion et parce que la communion est le bien le plus précieux de l’Église, sont des délits graves, dont le jugement est réservé à la Congrégation de la Doctrine de la Foi  :

La concélébration du Sacrifice eucharistique interdite par le can. 908 du Code de droit canonique et du can. 702 du Code des Canons des Églises orientales, dont il s’agit au can. 1365 du Code de droit canonique et du can. 1440 du Code des Canons des Églises orientales, avec des ministres des communautés ecclésiales qui n’ont pas la succession apostolique et ne reconnaissent pas la dignité sacramentelle de l’ordination sacerdotale.

(Congrégation pour la Doctrine de la Foi)

JPEG - 988.3 ko
Divine liturgie
Messe orthodoxe

L’élément important ici est la succession apostolique. Elle exclut de fait les religions protestantes qui se situent en dehors de la succession apostolique. Pour la religion orthodoxe, il en va différemment : la succession apostolique est reconnue chez les orthodoxes par les catholiques, de même que la validité de leur consécration. Ainsi, il est possible que la discipline envers l’Église Orthodoxe évolue un jour. Mais pour l’heure, les progrès se limitent à l’intercommunion et il n’est pas encore question d’inter-concélébration.

Notes

[1En revanche, la communion des fidèles à un culte différent peut admettre certaines exceptions

2 Messages

  • Peut-il y avoir des messes oecuméniques ? Le 27 janvier 2015 à 13:59, par jacline paredes

    si j’ai bien compris , la religion protestante ne peut pas figurer lors d’ une messe oecuménique simplement les catholiques et les orthodoxes

    je me pose cette question suite à la messe de dimanche dernier ,que j’ai écouté avec beaucoup de plaisir

    Répondre à ce message

    • Peut-il y avoir des messes oecuméniques ? Le 27 janvier 2015 à 20:32, par theopedie

      Attention : le terme de messe peut être pris dans deux sens. Au sens strict, la messe désigne le sacrifice de la messe. De ce point de vue, seuls les ministres catholiques peuvent concélébrer (consacrer) les oblats. En théorie, les orthodoxes pourraient, mais ils ne le font pas pour pour des raisons historiques. Les protestants ne peuvent concélébrer ni en pratique, ni en théorie. Pour eux, la messe n’est pas un sacrifice et d’ailleurs ils n’ont pas de prêtres qui pourraient le faire.

      Mais au sens large (et c’est probablement ce que vous entendez par là), la messe désigne la liturgie dominicale. C’est la « messe du dimanche ». Dans ce sens, les messes œcuméniques sont autorisées et même recommandées pour certaines occasions. Mais on parlera davantage de célébrations œcuméniques, plutôt que de messes œcuméniques. La tradition est de réserver la prédication au ministre protestant et le rite eucharistique (le sacrifice de la messe) au ministre catholique. On peut ainsi marquer l’unité indivise de l’Église fondée en Christ, tout en n’oubliant les différences de fond. Mais vous noterez que, dans ce cas encore, seuls les prêtres catholiques consacrent les oblats.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article