Notre liberté s’influence-t-elle elle-même ?

jeudi 17 septembre 2015, par theopedie

En bref : La liberté est maîtresse de son activité et il dépend d’elle de souhaiter et de ne pas souhaiter. Ce ne serait pas le cas si elle n’avait pas la possibilité de s’influencer elle-même. Donc elle s’influence elle-même.

Nous avons établi qu’il appartient à la liberté d’influencer les autres facultés en raison de l’idéal qui est son objectif propre. Mais l’idéal, a-t-on dit, joue par rapport à ce qui est l’objet de notre aspiration le même rôle qu’un principe vis-à-vis des réalités intelligibles. Or il est clair que l’intelligence, du fait qu’elle connaît un principe, passe d’elle-même de la potentialité à l’acte afin de comprendre une conclusion ; et ainsi elle s’influence elle-même. De même la liberté, du fait qu’elle souhaite un idéal, s’influence elle-même à en souhaiter les moyens.

Objections et solutions :

1. Tout principe influent en effet, en tant que tel, existe en acte ; au contraire, ce qui est influençable existe de manière potentielle, car « l’influence est l’acte de ce qui existe en tant que tel à l’état de potentialité ». Mais une même réalité ne peut pas exister de manière potentielle et exister en acte sous le même rapport. Donc rien ne s’influence soi-même, et il est impossible que la liberté s’influence elle-même.

• Ce n’est pas sous le même rapport que la liberté exerce une influence et est influencée, ni par conséquent sous le même rapport qu’elle existe en acte et de manière potentielle. Mais, en tant qu’elle souhaite en acte un idéal, elle passe en ce qui concerne les moyens de la potentialité à l’acte, afin de les souhaiter en acte.

2. Une réalité influençable est influencée quand son principe influent est présent. Mais la liberté est toujours présente à elle-même. Donc, si elle s’influençait elle-même, elle serait toujours influencée, ce qui est manifestement faux.

• Comme faculté, la liberté est toujours présente à elle-même ; mais l’activité par laquelle elle souhaite un idéal donné n’existe pas toujours en elle. Or, c’est par cette activité qu’elle s’influence elle-même. On ne peut donc pas conclure qu’elle s’influence toujours elle-même.

3. Nous avons dit que la liberté est influencée par l’intelligence. Donc, si elle s’influence elle-même, il s’ensuit qu’une même réalité est influencée en même temps et de façon immédiate par deux principes influents, ce qui paraît contradictoire. Donc la liberté ne s’influence pas elle-même.

• Ce n’est pas de la même façon que la liberté est influencée par l’intelligence et par elle-même. Par l’intelligence, elle est influencée en raison de son objectif ; par elle-même elle est influencée quant au fait d’exercer son activité en fonction d’un idéal.

Répondre à cet article