Les sacrements sont-ils des icônes vivantes ?

mardi 1er juillet 2014, par theopedie

En bref : Un sacrement est un « signe efficace de la grâce ». Cette définition traditionnelle peut s’interpréter en langage moderne comme suit : « une icône vivante de la grâce ».
JPEG - 430.4 ko
Le sacrement : icône vivante
(Mariage à l’Église luthérienne de Savannah)

Une icône

Le sacrement chrétien est un acte rituel symbolique qui, en vertu d’une disposition divine, signifie et opère la consécration de l’homme à Dieu par la grâce ; plus brièvement, le sacrement chrétien est un signe efficace de la grâce. En toute rigueur, cette propriété d’être signe efficace de la grâce, de consacrer les âmes à Dieu, constitue l’identité profonde du sacrement : l’institution de ce signe par Jésus-Christ est seulement cause extrinsèque, la condition préalable et indispensable pour l’existence de ce sacrement.

De par leur mode de signification, nous avons vu que les sacrements étaient des signa symbolica, c’est-à-dire des signaux dont la référence est issue d’une convention instituée par des hommes mais fondée sur une similitude naturelle. On parle à ce propos d’icônes. Ce terme issu de la linguistique fait d’ailleurs honneur au contenu des sacrements, à savoir une réalité divine : la grâce de la consécration.

JPEG - 988.3 ko
Le prêtre,
icône vivante de Jésus grand prêtre.
(ici des prêtres orthodoxes)

Une icône vivante

On peut donc reprendre la définition traditionnelle de « signe efficace de la grâce » et l’interpréter ainsi : « icônes efficaces de la grâce ». La notion d’efficacité est ici à mettre en lien avec la notion de performativité, comme nous l’avons vu. Parce que les sacrements réalisent ce qu’ils expriment par le fait de les produire (leur efficacité est ex opere operato, on peut dire, en terme moderne, que ce sont des « icônes performatives de la grâce ».

Cette notion de performativité peut être reprise de façon plus saisissante dans l’expression « icône vivante de la grâce ». Cette notion de vie sacramentelle permet de mettre en évidente :

  • le fait que ce qui est signifié dans le sacrement est la grâce, c’est-à-dire la vie de l’âme.
  • le fait qu’un sacrement est tout autant un signe qu’une action (c’est un signe pratique).
  • Un spectacle (le mémorial du Christ) que les chrétiens revivent « grandeur nature » et dans lequel ils s’engagent pour unir leur vie à celle de Jésus.

Répondre à cet article