Les rois juifs étaient-ils prêtres ?

vendredi 3 avril 2015, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : Si les rois juifs ne furent pas prêtres au sens de la loi mosaïque, l’onction royale faisait tout de même d’eux des personnages sacrés et religieux (des « Messies »), lesquels pouvaient à ce titre exercer certaines fonctions sacerdotales. On retrouvait d’ailleurs ce sacerdoce royal dans les grandes régions limitrophes : la Babylonie, l’Assyrie, l’Égypte.

Le sacerdoce patriarcal, premier sacerdoce israélite, semble avoir évolué dans plusieurs directions différentes :

JPEG - 25.5 ko
Le sacre du roi David
par le prophète Samuel
Le rite de l’onction

  • un sacerdoce familial qui perdura au moins jusqu’au temps des juges ;
  • un sacerdoce royal qui perdura probablement jusqu’à la réforme d’Osias (640-609) ;
  • un sacerdoce lévitique qui perdura jusqu’à la ruine du temple de Jérusalem (vers +70).

Valeur du sacerdoce royal : le premier roi prêtre mentionné par la Bible est Melchisédek, roi de Salem (Genèse 14, 18). Ce personnage mystérieux a marqué la tradition juive et le fait qu’Abraham se soit incliné devant Melchisédek semble montrer la prééminence du sacerdoce royal sur le sacerdoce patriarcal. De même, le sacerdoce royal cohabita avec le sacerdoce lévitique : il semble lui avoir été supérieur un certain temps (1 Rois 2, 26-27 ; 1 Rois 2, 35), pour ensuite lui être subordonné et disparaître à son profit (2 Chroniques 26, 16-20).

JPEG - 4 Mo
Abraham rencontre Mélchisedek

Le rois sacrés juifs exercèrent une fonction sacerdotale relativement longtemps. David l’exerce lors de la translation de l’arche sainte à Sion. Il endosse un vêtement sacerdotal primitif (2 Samuel 16, 13) ; il offre des sacrifices (2 Samuel 16, 13 ; 2 Samuel 16, 17) ; il bénit le peuple (2 Samuel 16, 18), fonctions toutes réservées aux prêtres (Nombres 6, 22-27 ; Lévitique 9, 22-23). Ses fils sont prêtres (2 Samuel 8, 18), représentant ainsi leur père dans ses fonctions sacerdotales.

Salomon remplit à son tour ce ministère avec autorité (1 Rois 3 ; 1 Rois 8, 14-15) ; il institue et destitue les prêtres comme étant leur supérieur (1 Rois 2, 26-27 ; 1 Rois 2, 35). La coutume se perpétue avec Jéroboam 1 (1 Rois 12, 33) et Achaz (2 Rois 16, 12-15). Le privilège du sacerdoce royal se maintint relativement longtemps. C’est sans doute la réforme sacerdotale qui eut lieu sous Josias (640-609) qui mit fin à ce privilège des rois. C’est à cette époque en effet se fit la centralisation du culte à Jérusalem (Deutéronome 12, 1-14), laquelle n’était pas encore pratiquée, ni au temps des juges (Juges 6, 28), ni sous Salomon (1 Rois 3, 4), et avec cette centralisation s’opéra la professionnalisation du culte publique.

Répondre à cet article