Les récits des évangiles sont-ils fiables ?

jeudi 28 novembre 2013, par Paul Adrien d’Hardemare

Se poser la question de savoir si les évangiles canoniques sont vrais ou historiquement fiables n’admet pas de réponse univoque : au mieux, on pourra dire que cette fiabilité ou cette véracité est probable, voire très probable, mais on ne pourra guère en dire plus. Les arguments en faveur d’une grande fiabilité se ramènent aux points suivants :

  • L’histoire textuelle des évangiles est bien connue et aucune falsification significative n’est connue (la seule interpolation connue - le comma johannique - date du XIV, et n’entraîne aucun changement après rectification).
  • L’analyse historico-critique plaide pour des textes anciens, écrits dans la première génération du christianisme, et qui semblent authentiquement apostoliques.
  • Les évangiles canoniques sont globalement cohérents entre eux. Il y a de nombreuses divergences, mais ces divergences concernent des détails et plaident d’ailleurs plutôt pour une authenticité des textes.
  • Des sources non-chrétiennes attestent dans les grandes lignes de la vie de Jésus et de Jean le baptiste.
  • Les faits historiques rapportés dans les évangiles convergent avec ce qui est connu par ailleurs de l’histoire de l’antiquité (notamment concernant l’histoire des rois antiques). L’archéologie n’a infirmé aucune donnée du Nouveau-Testament. Au contraire, certains vestiges, quoique sujets à caution, vont dans le sens des évangiles (La ville de Nazareth, de Jéricho, les piscines mentionnées dans les évangiles, etc).

Archaeology and Bible
Documentary
DiscoveryHaven

Les arguments en défaveur concernent principalement le caractère « merveilleux » de la vie de Jésus :

  • Beaucoup de miracles sont attribués à Jésus. On fera toutefois attention à cet argument, qui projette un a priori négatif sur la possibilité d’accomplir des miracles. Il s’agit probablement d’une relecture anachronique. De plus, les évangiles offrent des récits particulièrement sobres de ces miracles (il n’y a aucune complaisance dans le merveilleux).
  • Les évangiles rapportent que Jésus est ressuscité, ce qui semble impossible à beaucoup. De même pour la virginité de Marie, la mère de Jésus.

Notons toutefois que les deux derniers points sont liés : c’est parce qu’il est à ce point extraordinaire de ressusciter que les évangiles disent que Jésus possédait, en plus de sa dimension humaine, une dimension divine. On peut donc se concentrer sur la résurrection de Jésus et mettre pour l’instant sa conception virginale de côté. Concernant la résurrection de Jésus, les évangiles n’ont jamais prétendu convaincre qui que ce soit. Il faut cependant admettre les points suivants :

Les évangiles sont-ils vrais ?
Conférence parJean-Philippe Fabre (2013).
college-des-bernardins

  • Jésus semble bien avoir été quelqu’un d’extraordinaire, un faiseur de miracles renommé et un prophète reconnu.
  • Le fait qu’une résurrection succède à une crucifixion, laquelle est une torture extrêmement humiliante, est quelque chose d’incompréhensible. On a du mal à imaginer des disciples avoir la force de mentir sur ce point, et ce tout de suite après la mort de leur champion, tant ils ont dû être choqués et anéantis par la nouvelle. A supposer qu’ils aient menti, on a ainsi du mal à imaginer quelles auraient pu être leurs motivations.

Documents joints

Répondre à cet article