Les évangiles se contredisent-ils ?

vendredi 6 décembre 2013, par Paul Adrien d’Hardemare

Les quatre évangiles (Matthieu, Marc, Luc, Jean) nous racontent chaque fois la même vie de Jésus, mais avec des éclairages et des détails différents. A cause de ces quatre récits différents, il n’est pas rare d’être en présence de détails différents :

Contradictions :
Combien de femmes étaient au sépulcre
Apologie musulmane
Salahoeddine

  • la généalogie de Jésus diffère chez Matthieu et chez Luc.
  • les récits des tortures subies par Jésus diffèrent chez Marc et chez Jean
  • les récits de la résurrection diffèrent dans les quatre évangiles.
  • etc.

De ces (nombreuses) divergences, faut-il conclure que les évangiles se contredisent entre eux ? Avant de répondre à la question, remarquons les points suivants :

1) Les évangiles nous mettent en présence de témoignage partiels (mémoire sélective, focalisation sur certains détails, sources incomplètes de leurs auteurs). Ces témoignages ne prétendent pas à l’exhaustivité et comportent obligatoirement des lacunes. Inversement, la présence de plusieurs évangiles - quoique lacunaires - permet des éclairages complémentaires.
2) Une divergence n’est pas une contradiction. Par exemple, Luc rapporte des apparitions angéliques faites à Marie, tandis que Matthieu en rapporte d’autres faites à Joseph. Il s’agit d’une divergence, non d’une contradiction puisque l’ange a pu apparaître aux deux personnes. Ce qui diverge en revanche, c’est l’éclairage de la scène : Matthieu prête attention à l’héritage davidique de Jésus, et Luc à l’entourage féminin de Jésus.
3) Si contradiction il y a, ces contradictions concernent des détails secondaires et non des principes de fond : dans chaque évangile, Jésus fait des miracles, prétend être le fils de Dieu, est torturé à mort par crucifixion par les pharisiens et les grands-prêtres, ressuscite peu après et apparaît à ses disciples. Comme exemple de contradictions, donnons en revanche celui-ci : Jean mentionne la présence de deux anges à la grotte, lors de la résurrection de Jésus, tandis que Matthieu n’en mentionne qu’un. Cette contradiction s’explique par le propos général de Matthieu qui a tendance à résumer les descriptions et à accorder moins d’importance aux détails scéniques. (Il en accorde par ailleurs davantage aux discours de Jésus.)

Les Evangiles se contredisent-ils ?
Conférence par Rafic Nahra (2011)
college-des-bernardins, xikwea_les-evangiles-se-contredisent-ils_news

Ainsi, malgré ces divergences, il est possible de reconstituer une version harmonisée des quatre évangiles, par exemple pour les récits de la résurrection. Toutefois, les chrétiens répugnent généralement à ce genre d’exercice : généralement, ils préfèrent conserver ces divergences. Elles ne sont pas en effet interprétées comme des contradictions, mais comme une richesse textuelle. Elles constituent pour eux le point de départ d’une relecture approfondie du texte biblique. On se posera ainsi la question de savoir pourquoi tel évangéliste insiste sur tel détail, pourquoi tel autre évangéliste le gomme, etc.

Quelques remarques supplémentaires permettent de mieux intégrer le fait que les évangiles divergent entre eux :

  • La description d’un épisode de la vie de Jésus n’est jamais une description gratuite : il s’agit à chaque fois de faire passer un message. Certains détails vont ainsi être omis tandis que d’autres accentués. A cela rien d’étonnant : les évangélistes suivent chacun un programme personnel (Matthieu cherche à montrer comment Jésus accompli les prophéties, pour Luc, comment Jésus apporte la miséricorde, etc).
  • Les évangiles ne sont pas écrits pour un même public : Matthieu écrit pour des juifs, Luc pour des romains. Ces publics ne sont pas sensibles aux mêmes choses.
  • Les auteurs n’hésitent pas modifier l’ordre chronologique pour privilégier un ordre thématique. Il ne s’agit pas d’une faute : les évangélistes ne sont pas des historiens qui cherchent à faire un rapport journalistique, mais des chrétiens qui cherchent à transmettre de manière pédagogique l’enseignement de Jésus.
    JPEG - 72.5 ko
    Les synopses
    Une synopse est une lecture parallèle des différents évangiles pour pouvoir mieux comparer et comprendre les textes.

Terminons enfin sur trois remarques plus « philosophiques » :

  • Paradoxalement, le fait que la Bible ne cherche pas à gommer les divergences plaide en faveur de son authenticité. Ce qui devrait nous surprendre, ce serait le fait d’être en présence de quatre récits parfaitement unifiés et lisses. On pourrait alors suspecter une falsification. Les premiers chrétiens n’ont pas cherché à cacher les difficultés, mais à transmettre des documents authentiques.
  • La stricte objectivité et la neutralité totale n’existent pas. Les évangiles sont des textes engagés qui décrivent la vie de Jésus selon un certain point de vue. Malgré l’engagement religieux de leurs auteurs, ces textes n’en restent pas moins objectifs. L’objectivité consiste à rester sincère et vrai, à rapporter de manière honnête, sans chercher à abuser le lecteur.
  • Les chrétiens qui connaissent leur Bible n’ont jamais prétendu que celle-ci était un livre descendu du ciel. Si la Bible était un récit dicté par Dieu lui-même, aucune divergence ne saurait être acceptable. Mais la Bible, pour un chrétien, représente la parole de Dieu de manière indirecte. En effet, pour un chrétien, la parole de Dieu n’est pas un livre, mais une personne : Jésus. La Bible est donc la parole de Dieu, mais de manière indirecte (en ce qu’elle rapporte l’enseignement de Jésus) et ce récit indirect peut admettre quelques divergences, voire quelques incohérences (si elles sont minimes).

3 Messages

  • Les évangiles se contredisent-ils ? Le 18 avril 2014 à 13:32, par patrick

    Vous defendez fort bien la presence de ces contradictions, cependant, lorsque vous dites que « Les chrétiens n’ont jamais prétendu que la Bible était un livre descendu du ciel ». Je ne sais de quels « chrétiens » vous parlez, j’en connais par millions qui défendent cette thése avec dents et armes. Après tout, n’avons-nous pas à faire à une religion revélée ?

    Répondre à ce message

    • Les évangiles se contredisent-ils ? Le 19 avril 2014 à 17:26, par theopedie

      Merci pour votre remarque : j’ai modifié le texte de mon article. A la place de « les chrétiens n’ont jamais affirmé », il fallait lire « les chrétiens qui connaissent leur Bible n’ont jamais affirmé ». Pour un chrétien, la Parole de Dieu « descend du ciel », c’est-à-dire de Dieu, mais elle descend dans le cœur des hommes via le souffle de l’Esprit Saint et non dans sa lettre via un texte (qui d’ailleurs n’existe pas : il n’y a pas de texte unique de la Bible). De manière ironique, il y a un seul texte biblique descendu directement du ciel et écrit par Dieu lui-même : la table des dix commandements et Moïse l’a fracassée suite à l’épisode du veau d’or...!

      Voici quelques citations de la Bible qui guident la manière dont tout chrétien comprend la Bible. Jean 6:38 stipule que c’est Jésus, en tant que Parole de Dieu, qui est descendu du ciel - et non le texte des évangiles. D’ailleurs en Matthieu 5, on voit comment Jésus réinterprète la Bible (« on vous a dit, moi je vous dit »). L’explication est donnée en Matthieu 19:8 : le message biblique peut évoluer pour des raisons pédagogiques. C’est en ce sens aussi que 2 Co 3,6 est pris par tous les chrétiens pratiquant comme principe herméneutique visant à garder une distance critique avec le texte de la Bible. Dans ce passage célèbre, Paul affirme que c’est l’Esprit que le lecteur sent vivre à travers sa lecture de la Bible qui vient de Dieu, non la lettre du texte, laquelle devient mortifère si elle est idolâtrée. C’est encore en ce sens que Hébreux 1,1-2 professe une multiplicité de messages et d’auteurs inspirés (la révélation ne s’est pas faite en bloc). C’est encore en ce sens que des lecteurs parfaitement au courant du texte de la Bible peuvent passer à côté du véritable sens des écritures (Ac 8,31 ; Luc 24, 13‐35). Ces passages de la Bible font autorité pour tous les chrétiens et les amènent à dire - s’ils veulent suivre ce que la Bible dit d’elle-même - que le texte biblique n’est pas descendu du ciel en bloc. C’est la différence entre le Coran pour les musulmans et la Bible pour les chrétiens.

      Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une religion révélée et que l’auteur premier de la Bible est bien Dieu. Mais en ce sens : c’est parce que Dieu a inspiré les auteurs bibliques que la Bible est parole de Dieu. Mais encore une fois, il y a présence d’un intermédiaire (ici l’auteur humain) entre Dieu et la Bible. (Vous retrouvez ici en filigrane le thème de l’incarnation).

      A ce sujet, il y a deux interprétations de l’inspiration : l’inspiration serve (Luther) et l’inspiration libre (Érasme). L’inspiration serve était la position historique des protestants (mais elle n’est plus dominante chez les protestants d’aujourd’hui, sauf erreur de ma part) tandis que l’inspiration libre est la seule position reconnue par les catholiques. Voici, concernant le catholicisme, confession chrétienne majoritaire , un texte officiel auquel les catholiques sont tous tenus (constitution dogmatique Dei Verbum du concile Vatican II) :

      Pour composer ces livres sacrés, Dieu a choisi des hommes auxquels il a eu recours dans le plein usage de leurs facultés et de leurs moyens, pour que, lui-même agissant en eux et par eux, ils missent par écrit, en vrais auteurs, tout ce qui était conforme à son désir, et cela seulement.

      Les auteurs sacrés composèrent donc les quatre Évangiles, choisissant certains des nombreux éléments transmis soit oralement soit déjà par écrit, rédigeant un résumé des autres, ou les expliquant en fonction de la situation des Églises, gardant enfin la forme d’une prédication, de manière à nous livrer toujours sur Jésus des choses vraies et sincères. Que ce soit, en effet, à partir de leur propre mémoire et de leurs souvenirs, ou à partir du témoignage de ceux qui « furent dès le début témoins oculaires et serviteurs de la Parole », ils composèrent leurs écrits dans le but de nous faire éprouver la « vérité » des enseignements que nous avons reçus (cf. Lc 1, 2-4) (Je surligne).

      Pour aller plus loin, on peut aussi se référer à un autre texte auquel tous les spécialistes catholiques de la Bible sont tenus : « L’interprétation de la Bible dans l’Église » (1993).

      Répondre à ce message

  • Les évangiles se contredisent-ils ? Le 22 avril 2014 à 11:21, par David

    Bonjour,

    Je partage tout à fait votre point de vue.
    J’avais développé le même argumentaire
    dans un de mes articles en prenant l’exemple
    du figuier maudit :

    http://philochristos.wordpress.com/2013/02/02/inerrance-biblique-et-veracite-de-la-bible/

    Je pense qu’il est important de
    rappeler qu’historiquement les chrétien
    s étaient bien conscients de ces divergences
    , comme le montrent notamment les extraits
    de Tertullien et Jean Chrysostome,
    mais que ces divergences ne leur posaient
    aucun problème et qu’ils n’ont pas
    voulu les gommer.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article