Les différents caractères sacramentels sont-ils unis ?

vendredi 22 août 2014, par theopedie

Si les caractères reçus par le baptême, la confirmation et l’ordre sont distincts, ils ne sont pour autant ni séparés existentiellement (c’est une même âme qu’ils configurent) ni fonctionnellement séparés (il s’agit toujours d’organiser une Église hiérarchisée apte à rendre un culte à Dieu).

The sacramental character is compared by theologians to a military badge, or the insignia of an order of knighthood. Scotus illustrates it by an argument drawn from the analogy of civil society, in which he names three official ranks :

  1. the royal household, or that of the chief magistrate, by whatever name he may be called ;
  2. the public service, e.g. the army ;
  3. the officers of the army.

By baptism, he says, we are enrolled in the household of Christ ; by confirmation, we are made soldiers of Christ ; by Holy orders, we are made officers.

On trouvera encore dans saint Thomas une ébauche du rapport unissant les trois caractères :

Or, un sacrement peut se rapporter au culte divin de trois façons différentes : 1° dans l’action sacramentelle elle-même, 2° en lui fournissant des ministres ou agents, 3° en lui fournissant des bénéficiaires.

D’un point de vue psychologique, il y a encore unité organique entre ces caractères : le caractère baptismal est le fondement de tous les caractères, une certaine disposition à recevoir la grâce. Le caractère de la confirmation une certaine perfection de ce caractère baptismal. Le caractère de l’ordination est une certain pouvoir donnant la capacité de transmettre la grâce sacramentelle par des actions liturgiques : il se rapporte aux précédents caractères de la même manière qu’un caractère mâle (en plein) se rapporte à un caractère femelle (en creux).

Répondre à cet article