Le sacrifice de la messe remet-il les péchés de celui pour qui le sacrifice est offert ?

mardi 23 décembre 2014, par theopedie

En bref : Le sacrifice eucharistique rappelle la mort sanglante du Fils de Dieu et son oblation pour la rémission des péchés (Mt26,28>). Notons toutefois que le sacrifice de la messe ne remet pas les péchés de soi, mais dispose seulement l’homme pour qui le sacrifice est offert à la rémission des péchés.

 Remise de la culpabilité

Le péché appelle normalement la colère de Dieu et prive l’homme des secours divins en établissant entre Dieu et l’homme un obstacle. Il faut donc à nouveau se concilier l’indulgence divine et apaiser sa colère. C’est seulement lorsque la justice de Dieu est apaisée et désarmée par le sang de Jésus immolé dans l’eucharistie que la messe peut, en tant que sacrifice d’impétration, attirer l’abondance des grâces qui amèneront le coupable à la conversion du cœur. Apaisé, le Seigneur prépare le fidèle à la rémission des péchés en lui conférant les dispositions de repentance et en lui rendant possible et facile le bon usage des moyens ordinaires de rémission (notamment le sacrement de la confession). De cette manière, sacrement et sacrifice ne s’opposent pas mais se complètent harmonieusement.

JPEG - 117.7 ko
L’agneau de Dieu
La figure du serviteur souffrant dans la Bible est représenté à l’aide d’une image : celle d’un agneau offert en sacrifice. D’où le surnom de Jésus : l’agneau de Dieu.

 Remise de la peine

Si le sacrifice de l’eucharistie est d’une efficacité médiate pour la remise de la coulpe, il est d’une efficacité immédiate pour la remise de la dette. En souffrant librement et volontairement des tortures cruelles de la croix, Jésus a par la surabondance de ses mérites satisfait à la justice pour les péchés et pour les peines dues aux péchés du monde entier (1 Jean 2, 2). Par l’application de ce sacrifice à travers la messe, un part de la dette plus ou moins grande est remise ; en fonction des dispositions du pénitent et de la mesure fixée par l’institution du sacrifice.

Répondre à cet article