Le sacrement requiert-il une intention de la part du ministre ?

jeudi 24 juillet 2014, par theopedie

En bref : Le ministre doit avoir l’intention de réaliser le sacrement pour que celui-ci acquière toute sa signification.

La nécessité de l’intention du ministre n’est pas d’abord une condition de validité ministérielle, comme on a tendance à la présenter (le ministre doit avoir l’intention de faire ce que l’Église fait), mais une question de signification : une icône vivante de la grâce possède, en raison de sa matérialité, une certaine plasticité et sa signification a encore besoin d’être précisée. L’intention du ministre sert précisément à cela.

Les actions sacramentelles peuvent avoir une portée multiple ; ainsi l’ablution de l’eau dans le baptême peut avoir pour raison d’être la propreté ou la santé corporelle, le jeu, etc. Il faut donc faire intervenir l’intention de celui qui fait l’ablution pour déterminer celle-ci à un seul effet qui sera celui du sacrement. Et cette intention est exprimée par les paroles prononcées dans l’administration des sacrements, telles que : « je te baptise au nom du Père, etc. » (Thomas d’Aquin, III, 64, 8)

Que le sacrement par sa seule forme ne soit pas suffisamment déterminée, voici comme le cardinal Billot le prouve :

The sensible element determining the rite, as a constitutive part of it, is indeed the word, spoken externally, and the word is therefore rightly designated by the name of « form. » But it cannot determine an act to sacramental signification, unless it stands subordinate to the positive institution of Christ. The cause, however, through which both the matter and the form receive the investiture of this institution, is none other, nor can be, than the intention by which the minister wills to do that which Jesus Christ commissioned his Church to carry out.

Autrement dit, être institué par le Christ fait partie de la signification intrinsèque d’un sacrement. En effet, un sacrement est une icône vivante de la grâce, grâce méritée par le Christ. Il est donc nécessaire que ce lien du sacrement avec le Christ soit signifié : tel est le rôle de l’intention. Une parole purement verbale ne saurait suffire à exprimer ce lien de soumission. Il faut une soumission de la volonté que doit exprimer l’intention du ministre. Nous renvoyons aux articles consacrés au rôle des acteurs dans les sacrements pour voir sur quoi exactement doit porter l’intention du ministre.

Répondre à cet article