Le pouvoir des clés s’exerce-t-il sous forme de jugement ?

samedi 11 juillet 2015, par theopedie

En bref : L’absolution sacramentelle est un acte de nature judiciaire, dont le droit liturgique précise la formule, et qui entraîne la réconciliation avec Dieu et avec l’Eglise.

Absolvere signifie « délier » : c’est l’application du pouvoir des clés concédé à Pierre par Jésus (Matthieu 16, 19) et donné aux apôtres le jour de la pentecôte (Jean 20, 22). L’absolution a avant tout une valeur judiciaire : elle exprime une sentence (de miséricorde).

Le père Gy rappelle l’origine étymologique de l’absolution qui constitue un acte judiciaire. En droit romain, en effet, la procédure judiciaire avait pour but de faire avouer le prévenu qui avait commis une faute, ce qui permettait au juge d’arrêter la procédure et de le condamner. En revanche, s’il n’y avait pas de preuve ou d’aveu, il devait procéder à l’acquittement, l’absolutio. Au tribunal de la pénitence, le paradoxe est le suivant : le pénitent se reconnaît coupable et regrette sa faute, et justement, on va l’absoudre, l’acquitter, puisque la faute est enlevée. (Philippe Toxé, Cours de droit canonique)

Répondre à cet article