Le péché originel est-il un défaut congénital ?

jeudi 13 février 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : Dire que l’homme naît dans un état de péché originel veut dire qu’il naît avec des vices auxquels Dieu s’oppose. Le péché originel est un défaut congénital d’ordre moral (un vice).

GIF - 160.6 ko
Le péché originel
Le Péché originel, Masolino
Adam et Ève chassés du Paradis terrestre, Masaccio

Si le péché originel n’est ni un péché, ni une faute, mais un désordre psychologique et spirituel que nous avons hérité de nos premiers parents (à la manière d’un traumatisme moral qui aurait été si fort qu’il aurait passé la barrière des générations), on peut apparenter le péché originel à un défaut congénital. Voici ce que dit le Catéchisme de l’Église catholique :

Quoique propre à chacun (Concile de Trente DS 1513), le péché originel n’a en aucun descendant d’Adam un caractère de faute personnelle. C’est la privation de la sainteté et de la justice originelles, mais la nature humaine n’est pas totalement corrompue : elle est blessée dans ses propres forces naturelles, soumis à l’ignorance, à la souffrance et à l’empire de la mort, et inclinée au péché (cette inclination au mal est appelé « concupiscence »). Le baptême, en donnant la vie de la grâce du Christ, efface le péché originel et retourne l’homme vers Dieu, mais les conséquences pour la nature, affaiblie et inclinée au mal, persistent dans l’homme et l’appellent au combat spirituel (405).

Ce défaut n’est donc pas seulement d’ordre psychologique (fragilité et sensibilité difficilement maîtrisable), mais aussi d’ordre moral (une certaine perversité naturelle d’une volonté qui n’est pas spontanément tournée vers le bien) et d’ordre spirituel (privation de la grâce originelle et de la communion avec Dieu).

Réflexion sur la nature humaine
Extrait de « Apocalypto »
NixTidona

Répondre à cet article