Le monde vient-il du néant ? une création à partir de rien ?

samedi 28 septembre 2013, par theopedie

JPEG - 24.6 ko
La nuit (Nyx)
Bouguereau, 1883

Certaines personnes disent que le monde ne vient de nulle part : non pas qu’ils pensent que le monde existe de lui-même, mais qu’il vient du néant. Le néant représente la nuit qui a précédé l’univers, l’absence totale de matière et d’énergie, l’absence et le vide absolu. Le néant est encore plus radicale que ce que l’on désigne parfois par le terme de chaos : le chaos, dans la pensée mythologique, représente la matière première indifférenciée et sans structure d’où un démiurge créateur a tiré l’univers. Mais le néant est quelque chose d’encore plus radical : il est l’absence à l’état pur de toute énergie, de toute matière, d’espace et de temps.

En tant que tel, il est donc impossible que le monde vienne du néant : ex nihilio, nihil fit c’est-à-dire « du néant, rien ne peut sortir ». (Quant à l’expression creatio ex nihilo, elle possède un sens différent signifiant la dépendance absolue du la création par rapport à Dieu.) Il faut donc que par néant, les athées entendent autre chose, probablement le chaos, c’est-à-dire le tohu-bohu biblique, la matière première originelle indistincte dont parle Hésiode dans sa théogonie.

Donc, au commencement, fut Chaos, et puis la Terre au vaste sein, siège inébranlable de tous les immortels qui habitent les sommets du neigeux Olympe, et le Tartare sombre dans les profondeurs de la vaste terre, et puis Amour, le plus beau des immortels, qui baigne de sa langueur et les dieux et les hommes, dompte les cœurs et triomphe des plus sages vouloirs. De Chaos naquirent l’Érèbe et la sombre Nuit. De la Nuit, l’Éther et le Jour naquirent, fruits des amours avec l’Érèbe. À son tour, Gaïa engendra d’abord son égal en grandeur, le Ciel étoilé qui devait la couvrir de sa voûte étoilée et servir de demeure éternelle aux Dieux bienheureux. Puis elle engendra les hautes Montagnes, retraites des divines nymphes cachées dans leurs vallées heureuses. Sans l’aide d’Amour, elle produisit la Mer au sein stérile, aux flots furieux qui s’agitent. (Hésidoe, Théogonie)

What is nothing ?
Le vide en termes scientifiques
newscientistvideo

Plutôt que de chaos primordiale, les scientifiques parlent à cet endroit de vide quantique. D’où la question suivante : l’univers vient-il d’une fluctuation du vide quantique ?

JPEG - 36.6 ko
Athéisme et néant
Au début, il n’y avait rien, et le rien a explosé.

JPEG - 53.2 ko
Ex nihilo, nihil fit

5 Messages

Répondre à cet article