Le ministère ordonné est-il hiérarchique ?

lundi 4 mai 2015, par theopedie

En bref : Si l’on examine la genèse de l’Ordre, il est dogmatiquement certain que l’ordre sacramentel est composé de trois degrés d’institution biblique : le diaconat, le presbytérat et l’épiscopat.

Qu’en vertu de l’institution divine, la hiérarchie ecclésiastique se compose de ces trois degrés - le diaconat, le presbytérat et l’épiscopat -, la Sainte Écriture l’indique ou le suggère (1 Timothée 3, 8-13 pour les diacres ; 1 Timothée 5, 17 pour les prêtres-anciens ; 1 Timothée 3, 1 pour les évêques-dirigeants.), comme nous l’avons dit.

Au surplus, s’il y avait quelques hésitations dans la Bible, notamment quelques hésitations de vocabulaire (le terme de presbytre et d’épiscope semblent souvent interchangeables), la tradition de l’Église primitive permet de lever toute ambigüité. Rappelons en effet une règle de l’exégèse catholique : il y a continuité entre la Bible et l’interprétation que lui a donnée l’Église primitive (premier et début du deuxième siècle).

Ainsi, lorsque saint Clément de Rome (fin du Ier siècle) parle du sacrifice eucharistique, il mentionne ces trois degrés hiérarchiques :

[Dieu] a déterminé lui-même en son souverain bon plaisir, où et par quel ministres, nous devions nous acquitter [du culte], afin que tout se passe saintement et selon sa volonté. Ainsi, ceux qui présentent leurs offrandes aux moments qu’il a fixés lui sont agréables et il les bénit, car en suivant les ordonnances du maître, ils ne peuvent faillir. Le grand-prêtre [surnom de l’évêque] a ses fonctions propres, les prêtres ont leur place spéciale et les lévites [surnom des diacres] ont leur ministère particulier ; le laïc est soumis aux lois laïques (Première lettre aux Corinthiens, 40).

PNG - 1.6 Mo
Ignace d’Antioche
Évêque martyr

Dans les lettres de saint Ignace d’Antioche, deuxième successeur de Pierre à la tête de l’Église d’Antioche, nous trouvons de même l’organisation hiérarchique de l’Église nettement marquée :

Tous doivent regarder les diacres comme Jésus Christ, et l’évêque comme le Fils de Dieu, et les prêtres comme le sénat de Dieu. Sans eux, il ne peut être question de l’Église (Lettre aux Tralliens, 3).

Ailleurs, Ignace recommande aux fidèles d’être soumis respectueusement à leur évêque, aux prêtres et aux diacres (Lettre aux Philadelphiens, 7).

L’épiscopat, le presbytérat et le diaconat sont enfin des ordres essentiellement distincts l’un de l’autre, comme le prouve le rapport de subordination qui existe entre eux : les diacres sont subordonnés aux évêque et aux prêtres, les prêtres sont subordonnés aux évêques.

Répondre à cet article