Le dawinisme implique-t-il l’athéisme ?

lundi 14 octobre 2013, par theopedie

Pour certains athées, par exemple Dawkins [1] ou Denett [2], la théorie de l’évolution et l’autorité de Charles Darwin seraient autant de preuves en faveur de l’athéisme et en défaveur de l’existence de Dieu. Voici ce que dit Thomas Nagel, un philosophe des sciences :

JPEG - 30.2 ko
Thomas Nagel

C’est un lieu commun de présenter le néo-darwinisme, c’est-à-dire la théorie de l’évolution par mutation aléatoire et par sélection naturelle, comme étant une alternative à l’intelligent design, puisqu’elle permet d’expliquer l’organisation fonctionnelle des organismes vivants... L’élément crucial est l’affirmation selon laquelle l’évolution résulte de l’apparition de mutations aléatoires et aveugles au sein du bagage génétique, accompagnée d’une sélection naturelle due aux plus ou moins grandes adaptations à l’environnement qui en résultaient. Le noé-darwinisme remplace le design en proposant une alternative (Nagel, T. 2008. Public education and intelligent design. p. 188).

Autrement dit, nous aurions deux conceptions du monde qui s’opposent :

  • l’intelligent design, l’argument selon lequel la vie évoluée résulte d’une intention divine (théisme).
  • le (néo)-darwinisme, la théorie selon laquelle la vie évoluée résulte de mutations génétiques couplées avec une sélection naturelle.

Pour les athées, le néo-darwinisme permettrait d’offrir une vision du monde et une réponse à la fois plus simple et plus rigoureuse aux questions fondamentales du type : d’où venons-nous ? pourquoi la vie existe ? De ce point de vue, l’athéisme serait préférable au théisme. Mais qu’en est-il vraiment ? Plusieurs remarques doivent être faite :

JPEG - 204 ko
De l’évolution à l’athéisme

  • L’autorité de Darwin ne joue pas en faveur de l’athéisme. Darwin, tout au long de sa vie, a changé de convictions, passant d’un biblicisme convaincu à un agnosticisme non-militant. Mais il a toujours reconnu la possibilité d’être à la fois théiste et évolutionniste. Ainsi, lorsqu’il a écrit l’Origine des espèces, il était encore théiste. Plus tard, il dit que, s’il ne voyait pas de moyen de prouver le théisme, il ne le jugeait comme étant, de soi, incompatible avec sa théorie de l’évolution.
  • Si les athées prenaient la peine de connaître leur adversaire, ils s’apercevraient qu’il est possible d’être darwinien et croyant. Par exemple, les catholiques, les membres du parti chrétien majoritaire, sont à la fois évolutionnistes et théistes. Pour eux, il n’y a aucun conflit entre la Bible et Darwin, et ils le prouvent. En réalité, les « créationnistes » représentent une très faible minorité de chrétiens, souvent considérés par les autres chrétiens comme des fondamentalistes.
  • l’intelligent design n’est pas le seul argument en faveur de l’existence de Dieu. En réalité, il n’est même pas considéré comme un argument de fond, mais comme un argument complémentaire. Ainsi, l’argumentaire théiste contemporain en faveur de l’existence de Dieu utilise d’abord l’argument cosmologique : c’est lui qui permet, dans un second temps, de donner sa validité propre à l’argument de l’intelligent design.

JPEG - 8 ko
Le poisson darwinien
Le symbole du darwinisme chrétien ?

Ainsi, pour que le néo-dawinisme implique l’athéisme, il faudrait encore :

  • Pouvoir donner un statut existentiel au hasard. Or, s’il est facile de dire « Il existe du hasard », il est beaucoup plus difficile de dire « le hasard existe ». Quoi que les athées en pensent, à travers la notion de providence, Dieu reste le meilleur fondement pour un hasard possible.
  • Réfuter les arguments en faveur du théisme et pouvoir offrir une explication à l’origine de l’univers, à l’origine de la vie, à l’origine de l’esprit. La seule chose que permet le néo-darwinisme est d’expliquer l’émergence de la vie évoluée. (Et encore cette théorie reste-t-elle très incomplète).

En conclusion, on dira que le darwinisme n’implique pas l’athéisme.

Notes

[1Dawkins, Richard. 1987. The Blind Watchmaker. W. W. Norton & Co., New York.

[2Dennett, Daniel. 1995. Darwin"s Dangerous Idea. Simon & Schuster, New York.

Répondre à cet article