Le baptême est-il une ablution ?

mardi 26 août 2014, par theopedie

En bref : Le baptême est une ablution par l’eau avec une formule aboutissant à une régénération de l’âme.

La définition canonique du baptême a été écrite en plusieurs étapes : saint Augustin, saint Victor et enfin Pierre Lombard.
Saint Augustin énumérait déjà les éléments constitutifs du sacrement requis pour la définition :

Quid est baptismus in Christ ? Lavacrum aquae in verbo. Tolle aquam, non est baptismus ; tolle verbum, non est baptismus… Accedit verbum ad elementum, et fit sacramentum (Saint Augustin)

JPEG - 92.9 ko
Le rite du bapteme
Mosaïque romaine

En s’attachant à cette citation, Hugues de Saint Victor a défini aini le baptême : « l’eau qui, par la parole de Dieu, est sanctifiée pour effacer les péchés ». La sanctification de l’eau, dont il est question ici, n’est point la bénédiction des eaux baptismales qui précède le sacrement, bénédiction purement accidentelle ou cérémonielle, mais la sanctification essentiellement indispensable qui se fait au moment de l’administration du sacrement, c’est-à-dire en unissant l’eau ou l’ablution avec la formule sacramentelle du baptême : Nomen Patris et Filii et Spiritus Sancti ipsum est verbum Dei, per quod sanctificatur elementum ut sit sacramentum (Hugus de saint Victor).
Cette définition comprend le but et l’effet, comme aussi la forme et la matière éloignée du baptême ; quant à la matière prochaine – l’ablution – elle n’est point mentionnée directement ou expressément, mais elle est indiquée indirectement ou implicitement, en tant que l’eau, par l’adjonction de la forme au moment de l’application, est sanctifiée et devient sacramentelle, c’est-à-dire partie constitutive du sacrement. Bien donc que la définition du baptême donné par le Victorin ne soit pas inexacte dans la réalité des choses, elle était encore défectueuse en ne signalant pas la matière proche du baptême, à savoir l’ablution. Défaut que Pierre Lombard a relevé et corrigé :

On appelle baptême une purification (intinctio), c’est-à-dire une ablution corporelle faite avec la formule verbale prescrite. (IV,3,1,1)

Le catéchisme romain ajoute à cette définition effet spirituel de cette ablution, à savoir la renaissance à une vie nouvelle de l’âme par la grâce du Christ : sacramentum regenerationis per aquam in verbo (Cf. Jn 3,5 ; Eph 5,26). En réunissant ces éléments, on donc dire que le baptême est une ablution dans l’eau accompagnée d’une formule trinitaire dans laquelle est accomplie la régénération spirituelle.

Répondre à cet article