Le baptême efface-t-il le péché originel ?

samedi 13 septembre 2014, par theopedie

En bref : Le baptême a été institué avant tout pour effacer le péché originel duquel tout homme hérite, et pour rendre à l’âme la sainteté et la justice perdues par le péché de nos aïeuls.

Jésus affirme la nécessité du baptême pour renaître à nouveau et ainsi pouvoir entrer dans le royaume de Dieu (Jean 3, 3-5). Cette renaissance signifie la rémission des péchés, par la mort de Jésus Christ (Romains 5, 14-15) auquel le baptême fait participer (Romains 6, 4), et en premier lieu de ces péchés : la rémission du péché originel.

En effet, le péché originel, quoiqu’il ne soit pas un péché personnel et en acte, n’en est pas moins un péché hérité qui rend l’homme passible de la colère divine. Il a besoin par conséquent d’être expié et réparé. En tant qu’il est la mort de l’âme et la souillure de cette âme, il ne peut être effacé que par l’infusion d’une grâce surnaturelle qui rend à l’âme sa vie surnaturelle, l’éclat et la beauté de la ressemblance avec Dieu.

Toutefois, puisque le péché originel n’a point pour cause un acte personnel de l’homme (c’est un péché participé), aucune coopération de la volonté libre (contrition, repentance) n’est exigée pour que la faute soit réparée. C’est d’ailleurs en ce sens que les enfants peuvent recevoir de façon féconde le baptême.

Répondre à cet article