Le baptême de Jean était-il sacramentel ?

mercredi 3 septembre 2014, par theopedie

En bref : Le baptême de Jean n’était pas sacramentel, il était une prophétie en acte, le préambule du baptême chrétien. Pour le dire autrement, si le baptême de Jean est une icône du Christ, il n’en est pas pour autant une icône vivante de la grâce car, de soi, il ne conférait pas la grâce.

Le baptême que le Précurseur donnait dans l’eau, le baptême de pénitence doit être regardé comme une préparation prochaine, comme un type immédiat du baptême chrétien dans l’Esprit Saint. Il n’était ni un sacrement de la Loi Nouvelle, ni un sacrement de la Loi Ancienne : il différait à la fois du baptême chrétien, des purifications lévitiques et du baptême des prosélytes introduit plus tard.

JPEG - 127.6 ko
Le site de Salim
Lieu supposé des baptêmes de Jean

Le baptême de Jean n’avait donc pas d’efficacité ex opere operato, mais ex opere operantis, comme la circoncision, mais ayant davantage de puissance que ce baptême préfigurait explicitement le baptême du Christ. Mais, en lui-même, il ne pouvait ni remettre les péchés ni sanctifier : il s’agissait d’un baptême de pénitence, non de rémission car le pouvoir de remettre les péchés n’avait pas été encore donné. Il était un rite symbolique, nouveau et extraordinaire par ailleurs, que Jean accomplit sur un ordre spécial de Dieu (Jn 1), pour amener le peuple à la pénitence et pour le préparer ainsi à l’avènement du royaume des cieux. C’est ainsi qu’il acquis par la tradition le titre de précurseur, lui qui était « chargé de préparer la voie du Seigneur » en donnant aux hommes « la connaissance du salut » pour le rachat et la rémission des péchés (Benedictus).

Le baptême de Jean ne conférait pas la grâce, mais y disposait seulement, et ceci d’une triple manière :

  • par son enseignement, Jean introduisait les hommes dans la foi au Christ ;
  • par son rite, il préparait les hommes au rite du baptême ;
  • par la pénitence, il préparait le coeur des hommes à recevoir les effets du baptême du Christ. (Thomas d’Aquin, IIIa,38,3)

Que cette dernière esquisse figurant le baptême du Christ est été le trait distinctif de la mission du précurseur, c’est ce que prouve le nom de « baptême de Jean » et son surnom de « baptiste ».

Jean, façon holliwood
(The Bible Series 6 )
FocusOnTheFamilyUSA

Répondre à cet article