Le Big Bang est-il la preuve de la création de l’univers ?

mercredi 2 mai 2012, par theopedie

Il y a à peine deux cents ans, parce que les moyens de la science étaient limités, nous ne savions pas ce que nous pouvions raisonnablement espérer connaître sur le monde qui nous entoure. Certains philosophes se demandaient même si nous pouvions connaître quoi que ce soit de valable sur l’univers. Par exemple, pour Kant, un célèbre philosophe allemand du début du XIXe siècle, l’univers n’était qu’une « idée », une notion que l’homme s’était forgée dans sa quête de savoir, une sorte de fantasme scientifique. Un fantasme peut être utile pour stimuler la recherche, mais il n’a rien à voir avec le monde concret qui nous entoure...

JPEG - 103.2 ko
BigBangNoise

Aujourd’hui, avec les progrès de la recherche astronomique, c’est le contraire qui se passe : nous ne savons absolument pas jusqu’où la science va aller ! Nous avons pu lancer des télescopes en orbite et explorer les profondeurs des cieux, nous avons pu aller jusqu’aux limites du système solaire avec des sondes, et nous scrutons même encore au-delà pour savoir si d’autres êtres habitent l’univers. Chose plus étonnante encore, pour la première fois depuis l’histoire de l’humanité, il semble que nous puissions avoir des images non pas de telle ou telle étoile ou de telle ou telle planète — cela, des hommes l’avaient déjà fait bien avant le XXIe siècle —, mais il semble que nous puissions obtenir des images de l’univers lui-même ! Avec ces images et ces photos — et quoi qu’en pense Kant — nous pouvons donc connaître quelque chose de l’univers et en dire un peu plus sur son histoire et ses origines...

Le Big Bang et Dieu

cosmologie big bang

Aujourd’hui, tout le monde a entendu parler du Big Bang. Certes, il n’y a pas beaucoup de gens qui maîtrisent cette théorie scientifique et qui comprennent ce qui se cache derrière les mots de « singularité initiale » et de « rupture de symétrie ». Pourtant le Big Bang fait partie de notre façon de nous représenter l’univers : au début, il y aurait eu un « grand boum » et puis, longtemps après, nous serions apparus. La formule est simpliste, mais voilà ce que nous disons à nos enfants. Et nous avons raison.

La difficulté concernant le Big Bang est de savoir si c’est une théorie scientifique qui a des conséquences philosophiques, et, si oui, lesquelles exactement. Pour beaucoup, le Big Bang serait une preuve de l’existence de Dieu. Au tout début, disent-ils, il n’y avait rien, et puis Dieu aurait donné une pichenette initiale : il y aurait eu une grande explosion (le « Big Bang ») et tout aurait été créé ! Mais pour d’autres, au contraire, le Big Bang ne prouve rien : un jour, il y eut un « grand boum ». Et alors ? disent-ils.

Des astronomes se penchent maintenant sur la question de savoir ce qui existait avant le Big Bang : ils parlent d’univers parallèles, d’oscillation, etc. Toutefois, force est de constater que leurs réponses semblent à la limite de la science-fiction. Il paraît souvent plus simple et plus pertinent de croire en un seul Big Bang qu’en une multitude d’univers (les « multivers »). (D’autant plus que la question demeure : si multivers il y a, d’où viennent-ils ?)

cosmologie multivers et athée
Multivers et philosophie

Mais revenons à celui qui a « découvert » le Big Bang. Celui qui l’a découvert était un prêtre belge (et oui...!) du nom de Georges Lemaître. Or, un jour, le pape Pie XII lui demanda si, à son avis, le Big Bang était une preuve de l’existence de Dieu. Et Lemaître, qui pourtant croyait en un Dieu créateur, répondit au pape : ... Non !

Cette réponse peut sembler surprenante : il aurait été facile à celui qui avait découvert le Big Bang d’y voir l’instant de la création. Pourquoi donc une telle réponse ?

  • Parce qu’il ne faut donc pas confondre le domaine de la science et celui de la religion : cela ne sert ni la science, ni la religion.
  • Parce que le Big Bang n’est qu’une théorie scientifique : peut-être un jour cette théorie sera-t-elle réfutée (même si cela semble peu probable).
  • Parce que, en bon connaisseur de saint Augustin, Lemaître savait que la création ne se limite pas à une pichenette initiale, l’instant 0 de l’histoire, mais qu’elle ne cesse de se prolonger.
JPEG - 102.8 ko
cosmologie inflation univers
Brève histoire de l’univers

Il n’en est pas en effet de Dieu comme d’un architecte : la maison achevée, celui-ci s’en va, et même lorsqu’il cesse d’agir et qu’il s’en est allé, l’œuvre subsiste. Au contraire, le monde ne pourrait subsister, fût-ce l’instant d’un clin d’œil, si Dieu lui retirait son concours. (Augustin, La Genèse au sens littéral, IV, xii, 22)

Le mieux que l’on puisse dire, c’est que, en tant que chrétien, Lemaître était certainement plus sensible à l’idée d’une singularité créatrice et que cela a probablement ouvert ses recherches vers un domaine jusque là inexploré. On peut aussi dire que, si le Big Bang a vraiment eu lieu, et si Dieu existe, le Big Bang est probablement le signe le plus grandiose de la création par Dieu de l’univers. Mais un signe n’est pas un preuve : c’est seulement une invitation à contempler. Et ce n’est déjà rien que d’avoir des signes à contempler...

Portfolio

cosmologie Lemaitre

4 Messages

  • Le Big Bang est-il la preuve de la création de l’univers ? Le 9 août 2015 à 17:56, par AJANOHUN Alexandre Deus Adjuva me

    Étant donné que l’homme, si je puisse dire, l’humain n’arrive même pas se gérer sur cette petite terre cherche à connaitre le secret du multivers ?
    Il va en faire quoi ? mauvaise curiosité, je crois qu’étant donné que les scientifiques vont un peu au-delà de leur fiction, DIEU ne leur donnera pas cette clef car ils se croiront trop intelligent et c’est encore une preuve d’ingratitude devant le suprême par rapport à ses autres créations plus justes et plus humains que nous autres.
    Voici une réalité qui nous échappe tous : PLUS VOUS IMAGINEZ LA COMPLEXITÉ DU MULTIVERS, PLUS IL SE COMPLIQUE POUR VOUS ? CELA VEUT DIRE, PLUS VOUS ALLEZ DANS LA GALAXIE, PLUS LA DISTANCE S’ÉTANT DEVANT VOUS CAR CELA FAIT PARTIE DE L’ORDRE DES CHOSES QUE DIEU A CRÉE. AUTREMENT DIT UNE DIMENSION QUI S’ÉTANT DEVANT VOUS LORSQUE VOUS VOUS PLONGEZ DEDANS, MAIS LORSQUE VOUS VOUS ARRÊTEZ, LUI CONTINU ET C’EST LA PRÉSENCE DU CRÉATEUR QUI EST TJRS EN ACTION. DEMANDEZ A VOTRE ESPRIT D’ARRÊTER DE S’ÉVADER OU DE SONDER, ALORS VOUS VOUS POSEREZ LA QUESTION POURQUOI S’ARRÊTER, CE SERAIT ALORS LE DÉBUT DU POURQUOI NOUS NE MÉRITONS PAS RÉPONSE CAR NOUS AVONS CEE TROP DE MAUVAISES CHOSES AVONS DE COMMENCER A CHERCHER ET C’EST LE CONTRAIRE DU DESSEIN DU CRÉATEUR.
    La suite plus tard........ interessant ce site

    Répondre à ce message

    • Trop de théogonie ! Commence par le début du multivers et dit nous comment de rien ( c’est-à-dire de la non existence de mouvement donc de temps donc de matières et de force : F du vide, de gravité, tout !!! )Trouvons tout d’abord le commencement de toutes choses. Ou la fin. Je suis ouvert à toutes propositions susceptibles : De la théorie du big bang, big bounce, portails de verre, 8 horizontale de l’infinie ! TROUVONS UNE DES RÉPONSE IMPORTANTE : D’où venons nous ou où allons nous ? Un terrien qui en est venu a cette seule question ?

      Répondre à ce message

  • Article intéressant mais je vous encourage néanmoins à relire Kant ou à vous abstenir de le caricaturer de la sorte... Kant n’a jamais dit que l’on ne peut rien connaitre de l’univers mais qu’on ne peut connaitre que le phénomène et non le noumène directement (critique de l’empirisme). Cela est très différent car on peut toujours atteindre une connaissance vraie et originale de la nature grâce au jugements synthétiques a priori (bien que, je vous l’accorde, leur expression soit limitée). Mais surtout le fait de connaitre le phénomène et non le noumène n’implique pas que tout ne soit que pure perception subjective indépendante de la réalité de l’objet en soit dans nos rapport aux objets de la nature (la science n’a jamais, o grand jamais, n’été que fantasme chez Kant). Bien au contraire la théorie du schématisme transcendantal garantie une certaines adéquation entre les formes transcendantales de l’experience et la réalité même. Le scepticisme vis à vis de la science dont vous semblez vouloir affubler Kant se limite en réalité à une remise en cause de la scientificité de la métaphysique d’une part et d’autre part au rejet de la valeur épistémologique absolue accordée à l’experience (ce que la science moderne a plutôt entériné d’ailleurs).
    Un point qui méritait d’être éclairci et qui prouve que si les scientifique aiment à critiquer les philosophes pour leur usage on ne peut plus maladroit (ce que je concède) de concepts relevant des sciences de la nature ou des mathématiques en dehors de leur domaine d’origine (cf ’impostures intellectuelles), l’inverse est tout aussi vrai.

    Répondre à ce message

    • Merci pour votre remarque. Je concède volontiers tout ce que vous voulez comme points dans votre remarque : mes réflexions de philosophie sont malheureusement trop loin pour que je puisse répondre de manière totalement exacte. Néanmoins, deux points dans votre remarque me suggèrent de lointains souvenirs (vous les prendrez pour ce qu’ils valent) :

      • si l’on ne peut connaître directement que le phénomène, quel lien peut-on faire entre connaissance du phénomène et sa base nouménale ? On peut dire que le noumène cause le phénomène, mais comme le concept de causalité est a priori chez Kant, on ne voit pas très bien comment cela nous sert.
      • les jugements synthétiques a priori n’enferment-ils précisément pas notre connaissance dans le subjectivisme ? Sauf erreur de ma part, l’espace est chez Kant une forme de l’intuition pure : ce qui en tant que scientifique me parait faux (car l’espace est un objet physique) et en tant que philosophe me paraît pencher davantage du côté du subjectivisme que du réalisme.

      Je suis preneur de toute rectification.
      ps : on peut à la fois être philosophe et scientifique.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article