La transfiguration a-t-elle vraiment eu lieu ?

mercredi 3 juillet 2013, par theopedie

La question de l’historicité de la transfiguration est une question délicate car elle est souvent confondue avec une autre question : est-il possible d’avoir des visions de type mystique ? Si une personne pense qu’il est a priori possible d’avoir des visions, elle acceptera plus volontiers que les disciples aient pu voir Jésus transfiguré. A l’inverse, si une personne pense qu’il n’est pas possible a priori d’avoir des visions, elle pensera que personne n’a jamais vu Jésus transfiguré. On parle alors d’a priori positif ou négatif. Les a priori font toujours partie de l’arrière-fond d’une réponse et sont inévitables. Ils demandent néanmoins à être explicités, sous peine de tomber dans le travers du préjugé.

Le cerveau mystique
Documentaire
MultiversTv

Si l’on admet la possibilité des visions mystiques, ou au moins d’expériences psychiques inhabituelles, la vision de la Transfiguration semble historiquement et psychologiquement crédible. Le contexte de la prédication de Jésus, la popularité de Jésus et ses miracles, la fièvre messianique et la ferveur religieuse qui entouraient ce personnage, préparaient très certainement à une expérience de ce type. Pendant des mois, les disciples s’interrogèrent sur la personne de Jésus, se laissant imprégner de ses discours parlant à la fois de Moïse (la loi) et d’Élie (les prophètes). Très certainement, il a dû se produire dans leur esprit un bouleversement inconscient au fur et à mesure que Jésus renversait leur certitude sur la religion et sur ce qu’il est possible ou non à un homme de faire. D’après les textes évangéliques, un tel bouleversement a été déclenché par Jésus lui-même quand il annonça être sur le point de se rendre à Jérusalem pour y mourir. Les disciples entrèrent alors dans un crise spirituelle et psychologique qui ébranla de manière durable leur psychisme. Au terme d’une semaine de profonde détresse, détresse psychique dont on imagine qu’elle a dû aussi bouleverser leur rapport à la réalité, les disciples entre-aperçoivent de manière à la fois intuitive et collective la véritable nature de Jésus et ce qu’est la gloire d’un authentique prophète.

JPEG - 216.8 ko

Une chose doit en tout cas être tenue pour certaine : les textes bibliques entendent rapporter un événement historique et les essais faits pour réduire la Transfiguration à une légende, à une allégorie ou à une illusion subjective se heurtent au texte lui-même. En effet :

  • La transfiguration est une expérience collective : trois disciples, Pierre, Jacques et Jean, sont présents en même temps. Il ne s’agit donc pas d’une vision subjective et privée.
  • La transfiguration possède des caractéristiques trop singulières pour que l’on y voit une simple référence à un événement biblique antérieur (En particulier, la révélation de Dieu sur le mont Sinaï à Moïse et la glorification de Moïse qui diffèrent par trop).
  • Les trois Évangiles synoptiques sont en parfaite harmonie sur cet épisode. De plus, une allusion est faite dans la deuxième lettre de Pierre (2 P 1,16-18) pour confirmer l’historicité de cet événement.

En effet, nous ne nous sommes pas fondés sur des légendes habilement imaginées pour vous faire connaître la venue puissante de notre Seigneur Jésus-Christ : c’est de nos propres yeux que nous avons vu sa grandeur. En effet, il a reçu honneur et gloire de Dieu le Père ; et Dieu, la Gloire suprême, lui fit alors entendre sa voix en disant : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je mets toute ma joie. » Nous avons entendu nous-mêmes cette voix qui venait du ciel, lorsque nous étions avec lui sur la montagne sainte.

2 P 1, 16-18 (Bible en Français Courant=BFC])

Portfolio

Répondre à cet article