La théologie naturelle de R. Swinburne

jeudi 5 décembre 2013, par Denis Cerba

Richard SWINBURNE (1934-...) est un philosophe et théologien anglais. Il s’inscrit dans le courant de la théologie analytique. Il a été le premier, dans le dernier quart du 20e s., à élaborer une théologie chrétienne complète de style et de méthode analytiques. Son importance est donc considérable. Nous nous proposons de rendre l’œuvre de Swinburne accessible en présentant une analyse du contenu de ses principaux ouvrages.

Le livre le plus connu de Swinburne est The Existence of God (1979). Il s’agit d’un réexamen poussé et exhaustif de la question traditionnelle des « preuves de l’existence de Dieu » : peut-on « prouver » que Dieu existe, ou au moins montrer qu’il est probable que Dieu existe ?

Mais avant d’en arriver à cette question, une étape préalable est nécessaire : avant de se demander si Dieu existe, il faut déjà se demander s’il est possible que Dieu existe (autrement, si c’est impossible, inutile de perdre son temps à rechercher une « preuve » de son existence). Or, se demander s’il est possible que Dieu existe, cela équivaut à se demander si la notion même de Dieu est cohérente. Pour prendre une analogie : personne ne se mettra en peine de chercher si un cercle carré existe quelque part dans l’Univers, car la notion même de « cercle carré » est incohérente, donc il est a priori certain qu’aucun cercle carré n’existe nulle part ! Or, concernant la notion même de Dieu, la question se pose de sa cohérence : beaucoup pensent par exemple que la notion même d’un être infini, ou tout-puissant, ou purement spirituel, est absurde. D’où l’importance d’un examen préalable de la cohérence de la notion de Dieu : c’est ce que fait Swinburne dans The Coherence of Theism (1977).

Répondre à cet article