La station verticale (bipédie) est-elle la première découverte de l’humanité ?

vendredi 3 janvier 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

La station verticale est considérée - à juste titre - comme une étape importante de l’évolution biologique. Elle permet notamment aux quadrupèdes de voir plus loin dans la savane en se tenant sur leur membres postérieurs. Elle permet aussi de libérer les membres antérieurs pour d’autres usages (par exemple, l’utilisation d’outils). Il n’est pas non plus improbable que ce redressement de stature ait permis au cerveau de se développer.

JPEG - 30.8 ko
La famille des hominidés
Où se situe la découverte qui a fondé l’humanité ?

Cependant, pour importante que soit cette étape, on ne pourrait envisager d’en faire la première découverte de l’humanité. Peut-être d’ailleurs aurait-on pu s’en passer. En effet, nous pourrions tout à fait envisager l’existence d’humains quadrupèdes. Aussi étonnante que serait une telle race humaine à nos yeux, si elle savait compter, parler, dessiner, etc, elle nous semblerait davantage humaine que des bipèdes humanoïdes ne sachant ni lire ni écrire, ni même penser.

Ce type de raisonnement se retrouve dans de nombreux ouvrages de science-fictions : dans ces ouvrages, il s’agit toujours de montrer que, passée la première stupeur, nous nous accordons tous pour dire que l’humanité ne s’identifie pas plus à ses caractéristiques morphologiques (taille du cerveau, dentition, larynx et os hyoïde) qu’à ses postures morphologiques (bipédie). La bipédie n’est donc pas une étape nécessaire marquant l’apparition de l’esprit humain.

JPEG - 27.5 ko
N’oublions pas les autruches...

Notons enfin que la bipédie n’est pas propre à l’humanité : elle se retrouve chez d’autres espèces animales, les singes. Il est vrai que, à l’inverse des singes actuels, la bipédie est chez l’homme systématique, mais rien n’empêche la possibilité de singes marchant de manière habituelle sur leurs deux jambes. Ainsi des anciens australopithèques (« australopithèques » signifiant « singes du sud ») vivant il y a 3-4 millions d’années.

Concluons : la bipédie est une caractéristique ni nécessaire ni suffisante de l’humanité. Elle n’est donc pas une découverte humaine, mais animale.

Répondre à cet article