La mort est-elle la conséquence du péché d’Adam ?

mardi 28 janvier 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : Avec le péché d’Adam, la vie humaine devient marquée par sa fragilité spirituelle. Alors que l’homme était destiné - corps et âme - à jouir au ciel de la contemplation de Dieu, depuis le péché, l’âme, blessée par le péché, a perdu sa force et la vocation céleste du corps humain qu’elle devait assurer est devenue lettre morte.

La Bible affirme que c’est suite au péché d’Adam que la mort est entré dans le monde :

JPEG - 137.4 ko
Adam et le fruit défendu
Le serpent : la mort spirituelle personnifiée

Puis il se dit : « Voilà que l’homme est devenu comme un dieu, pour ce qui est de savoir ce qui est bon ou mauvais. Il faut l’empêcher maintenant d’atteindre aussi l’arbre de la vie ; s’il en mangeait les fruits, il vivrait indéfiniment. » Le Seigneur Dieu renvoya donc l’homme du jardin d’Éden, pour qu’il aille cultiver le sol dont il avait été tiré. Puis, après l’en avoir expulsé, le Seigneur plaça des chérubins en sentinelle devant le jardin d’Éden. Ceux-ci, armés de l’épée flamboyante et tourbillonnante, devaient garder l’accès de l’arbre de la vie.

Gn 3, 22-24 (Bible en Français Courant)

Saint Paul reprend lui-même cette interprétation en 5:12-21. Cette entrée de la mort dans l’humanité s’explique par la perte de la grâce et de l’harmonie psychique. La vocation de l’homme n’étant la vie terrestre mais la vie céleste, il y avait bien avant le péché une transformation que l’homme devait connaître pour passer d’un état à l’autre. Seulement ce passage aurait dû être vécu dans l’harmonie. Par suite de la perte de la grâce et de l’harmonie psychique, l’âme - immortelle par nature - devint pourtant comme morte et indigne d’entrer au ciel sans cette grâce divine qu’elle avait perdue, de même que le corps était appelé à connaître la mort, la corruption et la fragilité.

Répondre à cet article