La liberté est-elle influencée par les astres ?

samedi 19 septembre 2015, par theopedie

En bref : St. Jean Damascène affirme que « les corps célestes ne sont pas causes de nos faits ». Or ils le seraient si la liberté, principe des faits humains, était influencée par eux. Donc la liberté n’est pas influencée par les astres.

Certes, parce qu’elle peut être influencée par un objet extrinsèque, la liberté peut aussi être influencée par les astres mais indirectement et par le biais de nos sensations et de notre sensibilité. Toutes les facultés sensitives en effet, puisqu’elles sont le fait d’organes corporels, peuvent être influencées par les corps célestes, car ils influencent les organes corporels qui ont pour activité la sensation.

Mais, quant à son activité même, et quant à la façon dont cette activité dépendait d’un objet extrinsèque, certains ont prétendu que les corps célestes agissaient directement sur la liberté humaine. Mais cela est impossible, car « la liberté réside dans la conscience », selon Aristote. Ainsi la conscience est une faculté psychique dont le principe est spirituel et non pas matériel. De ce fait, la liberté est elle-même une faculté absolument immatérielle et incorporelle. Or il est évident qu’un corps ne peut agir sur une réalité immatérielle ; c’est plutôt l’inverse qui a lieu, puisque les réalités immatérielles ont une action plus structurée et plus universelle que n’importe quelle réalité corporelle. Il est donc impossible que les corps célestes agissent directement sur l’intelligence ou la liberté. C’est pourquoi l’opinion de ceux pour qui « la liberté des hommes est telle que l’a faite le Père des dieux et des hommes » (c’est-à-dire Jupiter, qui représente à leurs yeux tout le ciel), cette opinion est attribuée par Aristote à ceux qui prétendaient que la conscience réside dans notre sensibilité.

Toutefois, dans la mesure où l’on a dit que l’aspiration de la conscience était d’une certaine manière influencée par notre sensibilité, il y a indirectement une répercussion des mouvements des corps célestes sur la liberté, car celle-ci peut être influencée par les émotions de notre sensibilité.

Objections et solutions :

1. Tous les mouvements multiples se ramènent à un mouvement uniforme qui est leur principe et ce mouvement est celui des réalités physiques, dont font partie les astres, comme le prouve Aristote. Or les mouvements humains sont multiples, puisqu’ils ont un début et une fin. Donc ils se ramènent comme à leur cause au mouvement du ciel qui, lui, est par nature uniforme.

• Les mouvements multiples de la liberté humaine se ramènent à une certaine cause uniforme, mais qui doit être supérieure à la conscience et à la liberté. Or la matière ne lui est pas supérieure. Seule une réalité immatérielle peut l’être. Ainsi ne faut-il pas que les mouvements de la liberté soient ramenés au mouvement du ciel comme à leur cause.

2. « Les corps inférieurs, dit st. Augustin, sont influencés par les corps supérieurs. » Mais les mouvements du corps humain qui dépendent de la liberté ne pourraient avoir pour cause le mouvement des astres, si la liberté elle aussi n’était influencée par les astres. Donc les astres influencent la liberté humaine.

• Les mouvements du corps humain se ramènent comme à leur cause aux mouvements des corps célestes de plusieurs façons : en tant que le corps physiques subit le fait des réalités astronomiques ; en tant que notre sensibilité est impressionnée par ces réalités ; enfin en tant que la matière physique qui nous entoure subit elle aussi le mouvement des réalités astronomiques. Et c’est à la suite de tels mouvements que la liberté émet ou non des souhaits : c’est ainsi qu’à la venue du froid on se met à faire du feu. Mais cette influence de la liberté est extrinsèque et non intrinsèque.

3. Par l’observation des corps célestes, les astrologues font des prévisions exactes concernant des faits humains futurs, lesquels dépendent de notre liberté. Or cela ne serait pas si des corps ne pouvaient mouvoir la liberté de l’homme. Donc la liberté humaine est influencée par les corps célestes.

• La sensibilité est le fait d’un organe corporel, on l’a dit. Aussi rien n’empêche que, par l’influence des corps célestes, certains hommes soient enclins à la colère, au désir ou à quelque autre émotion de ce genre, comme ils le sont en raison de leur constitution naturelle. Or beaucoup d’hommes n’obéissent qu’à leurs émotions, auxquels les sages seuls résistent. C’est pourquoi le plus souvent on vérifie ce qui est prédit d’après l’observation des astres au sujet des actions humaines. Mais, dit Ptolémée, « le sage règne sur les autres » car, en résistant à ses émotions, il neutralise les influences des corps célestes de par sa liberté, laquelle n’est nullement sujette aux mouvements des astres ; au contraire, il est devenu l’un de ces astres. Ou bien il faut reconnaître avec st. Augustin que « lorsque les astrologues disent la vérité, ils le font en vertu d’une inspiration occulte que l’esprit humain reçoit sans s’en rendre compte. Puisqu’elle cherche à tromper les hommes, elle est l’œuvre des esprits séducteurs ».

Répondre à cet article