La liberté est-elle influencée de manière nécessaire par Dieu ?

jeudi 24 septembre 2015, par theopedie

En bref : Il est écrit dans l’Ecclésiastique (15, 14) : « Au commencement Dieu a fait l’homme et il l’a laissé à son conseil. » Donc il n’influence pas de manière nécessaire la liberté.

D’après Denys : « Il n’appartient pas à la Providence divine de détruire la nature des objets, mais de la conserver. » Elle influence donc tous les êtres selon leur condition, de telle sorte que, sous l’influence divine, des causes entièrement déterminées produisent leurs effets de façon nécessaire, et des causes non totalement déterminées produisent leurs effets de façon seulement probable. Donc, puisque la liberté n’est pas un principe actif injectif (car elle n’est pas déterminé à seul résultat), et peut déboucher sur plusieurs résultats, Dieu l’influence sans l’orienter de manière nécessaire ; son influence demeure ainsi non entièrement nécessaire, sauf à l’égard des perfections qui influencent spontanément la liberté.

Objections et solutions :

1. Tout agent auquel on ne peut résister influence de façon nécessaire. Or c’est ce qui arrive dans le cas de Dieu, car sa puissance est infinie, selon cette parole de l’Apôtre (Rm 9, 19) : « Qui résiste à sa liberté ? » Donc Dieu influence la liberté de façon nécessaire.

• La liberté divine ne tend pas seulement à la réalisation d’un effet par la réalité qu’elle influence, mais à ce que le mode de cette réalisation soit conforme à la nature de cette réalité... C’est pourquoi si la liberté était influencée de façon nécessaire, ce qui ne répond pas à sa nature, ce serait plus contraire à l’influence divine que d’être influencée de façon libre, comme il convient à sa nature.

2. La liberté est influencée nécessairement vers ce qu’elle souhaite spontanément, on l’a déjà dit. Or, selon st. Augustin : « Pour chaque réalité, ce que Dieu opère en elle lui est spontané. » Donc la liberté souhaite nécessairement ce vers quoi Dieu l’influence.

• Ce qui est spontané à chaque être, c’est ce que Dieu crée en lui de spontané. C’est ainsi que certaine réalité peuvent convenir, parce que Dieu souhaite que cela convienne. Mais il ne souhaite pas que tout ce qu’il crée soit spontané. Ce qu’il souhaite de spontané pour chaque réalité, c’est qu’elle soit soumise à la puissance divine.

3. Une possibilité est ce qui, étant posée, n’entraîne pas d’impossibilité. Or, à supposer que la liberté ne souhaite pas ce vers quoi Dieu l’influence, il en résulte cette impossibilité qu’à ce compte, le fait de Dieu serait inefficace. Il est donc impossible que la liberté ne souhaite pas ce vers quoi Dieu l’influence.

• Si Dieu influence notre liberté à souhaiter une réalité, il est alors impossible que notre liberté ne tende pas à souhaiter cette réalité, mais ce n’est pas totalement impossible. Il n’en résulte donc pas que notre liberté soit influencée par Dieu de façon nécessaire.

Répondre à cet article