La lecture symbolique de la Genèse est-elle récente ?

jeudi 24 octobre 2013, par theopedie

Une relecture récente ?

JPEG - 66.1 ko
Le créationnisme

Beaucoup de non-chrétiens, voire même des chrétiens, pensent que lire le récit de la Genèse de manière symbolique serait une lecture moderne de la Bible. Les chrétiens auraient commencé au Moyen-Âge à lire la Bible de façon littérale, à dire que Dieu aurait créé le monde en 6 jours, puis, avec la découverte de l’évolution, ils auraient ensuite changé d’avis. Le texte de la Genèse serait dorénavant écrit en langage symbolique et Dieu aurait maintenant créé le monde en plusieurs milliards d’années ! Les chrétiens seraient donc, au mieux, d’anciens créationnistes mal reconvertis, au pire, des menteurs qui falsifient leur propre tradition pour l’adapter au goût du jour...

Que devons-nous en penser ? La tradition chrétienne est-elle du côté des créationnistes qui prônent une lecture littérale de la Genèse, ou du côté des chrétiens évolutionnistes qui en prônent une lecture symbolique ?

Disons-le très clairement : la tradition chrétienne a toujours affirmé qu’il ne fallait pas avoir une lecture à la lettre de la Bible et saint Paul (lui-même auteur de la Bible) affirmait déjà : « la lettre tue, mais l’esprit fait vivre » (2 Co 3, 6). Et, concernant le texte même de la Genèse, il semble qu’il ait toujours existé, dans la grande tradition chrétienne, une lecture symbolique de la Genèse, et ceci depuis (au moins) le IIIe siècle !

Relisons donc nos classiques et citons, par exemple, Origène (185-253), le premier « spécialiste universitaire » de la Bible :

JPEG - 94.5 ko
Origène

Quel est l’homme de sens qui croira jamais que, le premier, le second et le troisième jours, le soir et le matin purent avoir lieu sans soleil, sans lune et sans étoiles, et que le jour, qui est nommé le premier, ait pu se produire lorsque le ciel n’était pas encore ? Qui serait assez stupide pour s’imaginer que Dieu a planté, à la manière d’un agriculteur, un jardin à Eden, dans un certain pays de l’Orient, et qu’il a placé là un arbre de vie tombant sous le sens, tel que celui qui en goûterait avec les dents du corps recevrait la vie ?
À quoi bon en dire davantage lorsque chacun, s’il n’est dénué de sens, peut facilement relever une multitude de choses semblables que l’Écriture raconte comme si elles étaient réellement arrivées et qui, à les prendre textuellement, n’ont guère eu de réalité. De Principiis IV, 16

Citons aussi d’Augustin (354-430), le principal docteur de l’Église catholique, son magnifique ouvrage La genèse au sens littéral :

JPEG - 67.1 ko
Saint Augustin
Botticeli, 1480, Florence

Par conséquent, Dieu ayant tout fait ensemble, a créé à la fois la période des six ou des sept jours, disons mieux, a créé un jour qui s’est renouvelé six ou sept fois. Pourquoi donc distinguer avec tant de rigueur et de précision six jours dans le récit sacré ? La raison en est claire : les esprits qui ne sauraient comprendre « que Dieu ait tout créé ensemble, » ne peuvent atteindre le but où l’Écriture les mène, qu’au moyen d’un récit aussi lent que leur intelligence (Livre IV, chap. 33).

Si Dieu a fait des ouvrages qui devaient durer, il n’a point créé dans le temps, mais il a fait le temps destiné à s’écouler. Par conséquent, cette période de jours que la lumière du soleil par sa révolution ramène sans cesse, n’est qu’une ombre qui nous invite à chercher ces jours plus vrais, durant lesquels la lumière intellectuelle a été associée à tous les ouvrages de Dieu, dans la période marquée par le premier des nombres parfaits. (Livre IV, chap. 35)

Bien sûr, dire que la tradition chrétienne a toujours eu une lecture symbolique du récit de la Genèse ne veut pas dire que la tradition chrétienne a toujours prôné l’évolution : la théorie de l’évolution n’était même pas connue des auteurs que nous venons de citer ! Mais ce qui est important, c’est de constater que les chrétiens qui, de nos jours, acceptent sans problème la théorie de Darwin, se réclament aussi de cette lecture symbolique, laquelle fait partie de la grande tradition chrétienne.

1 Message

Répondre à cet article