La doctrine de la transsubstantiation est-elle biblique ?

samedi 3 janvier 2015, par theopedie

En bref : La doctrine de la transsubstantiation est une doctrine philosophique issue de la Bible. Elle vise à expliciter à quel niveau se situe l’efficacité des paroles que Jésus prononça lors de la cène.

 L’exégèse des paroles de Jésus lors de la cène

À regarder en toute simplicité ces paroles — celles-là mêmes que Jésus prononça lors de son dernier repas et que le prêtre emploie à sa suite —, on constate qu’elles affirment ouvertement que le pain est le corps de Jésus, que le vin est le sang du Christ. Jésus n’a pas dit en effet : « Ceci est comme mon corps livré pour vous, ceci est comme mon sang versé pour vous ». Le pain et le vin seraient alors seulement une image de ce corps et de ce sang. Mais il a dit : « Ceci est mon corps, ceci est mon sang ». Les paroles de consécration, paroles historiques, doivent ainsi être entendues dans un sens littéral, et non pas seulement figuratif : lorsque Jésus prononça ses paroles lors de la cène, où lorsque le prêtre les prononce à nouveau en son nom, le pain et le vin sont changés en corps de Jésus. Car Jésus est la parole de Dieu, et, ce qu’il dit, lui ou les représentants qu’il s’est choisi, il le réalise : Ceci est son corps, ceci est son sang.

 Une doctrine de philosophie biblique

La transsubstantiation, un concept biblique ? Au premier abord, on répugne à l’affirmer. Le mot, dans sa lourdeur, semble avoir quelque chose de philosophique et de systématique qui n’est pas en harmonie avec l’Évangile. Et pourtant, si le mot est étranger au vocabulaire biblique, la parole de Jésus lors de la cène « Ceci est mon corps, ceci est mon sang » suggère bien la réalité que le mot de transsubstantiation essaie de recouvrir.

Si Jésus est réellement présent à travers le pain et le vin qui ont été consacrés, comment décrire la réalité de cette présence ? C’est en réponse à cette question que la doctrine de la transsubstantiation a été élaborée. Pour le dire autrement, la doctrine de la transsubstantiation n’est qu’un moyen conceptuel pour décrire la présence réelle de Jésus pendant la messe et le fondement de sa présence dans la réalité des oblats.

Plus précisément, la doctrine de la transsubstantiation entend expliciter à quel degré de profondeur la consécration se situe. Selon cette doctrine, c’est à une profondeur existentielle que la consécration a lieu, au niveau de l’être (de la « substance ») du pain et du vin. En bref : au cours de la consécration eucharistique, l’être du pain et du vin sont changés en l’être du corps du Christ. Voilà ce qu’exprime la doctrine de la transsubstantiation. Celle-ci, on le voit, est moins une doctrine dogmatique en tant que telle, qu’une doctrine relevant d’une philosophie biblique, philosophie issue d’une exégèse littérale des paroles de la cène et portée par la foi en la toute-puissance de Jésus, parole divine.

Répondre à cet article