La confirmation est-elle nécessaire ?

lundi 27 octobre 2014, par theopedie

En bref : La confirmation est nécessaire, non pas d’une nécessité absolue pour atteindre le salut, mais d’une nécessité de moyen pour croître dans la vie spirituelle.

JPEG - 131.7 ko
Confirmation d’adulte

On l’a vu : par le sacrement de la confirmation, le chrétien est fortifié dans son action apostolique et reçoit les grâces afférentes. De ces vues, on peut déduire la nécessité de la confirmation. Sans doute, elle n’est pas, comme le baptême, moyen rigoureusement nécessaire de salut ; mais, plénitude et achèvement du chrétien, elle lui apporte des grâces précieuses sans lesquelles son développement spirituel normal demeurerait incomplet. Refuser de recevoir le sacrement de confirmation, c’est non seulement mépriser le don du Saint Esprit, mais c’est se condamner à demeurer dans une sorte d’infantilisme spirituel ; c’est par une négligence coupable se priver des secours nécessaires dans la lutte inévitable contre le monde et contre Satan ; c’est s’exposer à rester désarmé dans un redoutable combat.

Il faut donc expliquer aux fidèles que la réception de ce sacrement est nécessaire à l’accomplissement de la grâce baptismale (cf. OCf prænotanda 1). En effet, « par le sacrement de Confirmation, le lien des baptisés avec l’Église est rendu plus parfait, ils sont enrichis d’une force spéciale de l’Esprit Saint et obligés ainsi plus strictement à répandre et à défendre la foi par la parole et par l’action en vrais témoins du Christ » (LG 11 ; cf. OCf prænotanda 2). (CEC 1285)

JPEG - 455.7 ko
La confirmation
(wallpaper)

Refuser le sacrement de la confirmation en connaissance de cause, c’est aussi se priver dans l’autre vie de la perfection de gloire et de la plénitude de l’Esprit Saint à laquelle nous sommes appelés. On remarquera combien cette perspective eschatologique peut élargir la théologie du sacrement de confirmation en nous rappelant la fin du christianisme. Aussi, saint Thomas n’hésite pas à dire qu’en cas de danger de mort, il faut administrer la confirmation même aux petits enfants, pour que, dans la gloire, ils ne soient privés d’aucune perfection.

Répondre à cet article