La confession est-elle un sacrement ?

mardi 23 juin 2015, par theopedie

En bref : Le rite de la confession est une icône vivante de la grâce instituée par Jésus. On y retrouve donc toutes les caractéristiques d’un sacrement.

Sacrement et rite sacramentel

Toute pénitence et toute confession n’est pas sacramentelle. Ainsi la confession et la pénitence purement intérieure ne l’est pas. Ces confessions n’étant pas sacramentelles, elles opèrent ex opere operantis et non pas ex opere operato. De même, Jésus, de par son pouvoir d’excellence, pouvait et peut encore pardonner les péchés de sa propre autorité et avait le choix des moyens employés. Par exemple, en pardonnant les péchés du paralytique (« Aie confiance, tes péchés sont remis »), Jésus n’a pas administré un sacrement mais il a, en vertu de son pouvoir d’excellence, produit un effet sacramentel sans employer de rite sacramentel.

La predication de Jésus
La miséricorde comme miracle
Extrait du film de Zeffirelli
theopedie

En revanche, son représentant n’a qu’un pouvoir ministériel et est dépendant de la manière dont ce pouvoir lui a été légué. Or, Jésus Christ a légué ce pouvoir de pardonner les péchés à ses apôtres sous la forme du pouvoir des clés, lequel est un pouvoir de jugement. C’est donc par l’intermédiaire d’un rite sensible — un jugement — que ses représentants exercent son pouvoir. On retrouve ici deux éléments du sacrement : être un rite sensible et être institué par Jésus.

JPEG - 69.9 ko
Confession orthodoxe
Photo Sergey Sklyarov

De plus, parce que, par cette action judiciaire, Jésus entend vraiment donner à ses disciples le pouvoir de remettre les péchés, les péchés sont vraiment et efficacement effacés. La sentence de rémission est donc cause instrumentale de la grâce, parce que dans l’économie du salut, la rémission des péchés ne peut avoir lieu sans infusion de la grâce. Ce rite pénitentiel est donc rite efficace de la grâce.

Enfin, en exerçant ce pouvoir, le prêtre imite son maître Jésus qui, aux jours de sa vie terrestre, a pardonné les péchés et fait connaître aux pécheurs le pardon. La confession est donc une icône vivante de la grâce instituée par Jésus-Christ.

Répondre à cet article