La charité est-elle une qualité psychologique ?

mardi 28 juin 2016, par theopedie

En bref : La charité n’est pas une réalité entitative qui existe par elle-même. C’est seulement en Dieu que la charité est une réalité qui subsiste par elle-même : elle est alors subsistance éternelle et incréée. Mais, dans l’homme, la charité est une qualité psychologique qui structure le désir de sa conscience.

La charité de Dieu existe en nous de plusieurs manières :

  • en tant que Dieu nous aime,
  • en tant que l’Esprit Saint est en nous,
  • en tant que nous aimons Dieu et notre prochain.

De ce dernier point de vue, la charité est une caractéristique psychologique créée en nous, susceptible de grandir ou de diminuer. C’est librement que nous aimons (l’amour est donc le nôtre) ; et c’est dans la joie que nous aimons (notre désir y incline pour s’y complaire). C’est de cette manière que Dieu nous fait participer à son existence qui est la charité. Plus précisément :

  • La charité est un trait de caractère (un habitus), c’est-à-dire une capacité et une propension à agir d’une certaine manière. En tant que trait de caractère, la charité siège dans notre volonté et dans notre désir : elle est intimement associé à notre condition volitive.
  • La charité est une vertu : « la charité est une vertu qui, lorsque notre affection est parfaitement droite, nous unit à Dieu et nous le fait aimer » (Augustin). En effet, une vertu, c’est-à-dire une qualité psychologique, est définie comme ce qui consiste à régler nos actes d’après une conscience droite et d’après le sens de la vie. Or, puisque le sens ultime de la vie est Dieu, la charité qui consiste à tout faire par amour de Dieu est la première des qualités psychologiques.

P.-S.

Les articles traitant de la Charité trouvent leur source dans :

  • La somme de Théologie IIa IIae et des notes du père Noble (Revue des Jeunes)
  • Cours de théologie morale (tome 2) du père Labourdette
  • du manuel d’introduction à la théologie (théologie morale) du Saulchoir

Répondre à cet article