L’ordination est-elle un sacrement ?

mercredi 29 avril 2015, par theopedie

En bref : Nous retrouvons dans l’ordination tous les éléments du sacrement : un rite sensible conférant efficacement une grâce, institué par Jésus et nous faisant participer de sa vertu. L’ordination est donc une icône vivante du Christ, un « sacrement ».

Qu’il y ait, dans l’Église de Jésus Christ, un rite sensible et vraiment sacramentel en vue de l’ordination, on peut le conclure du fait qu’il existe, dans la religion instaurée par Jésus Christ, un sacerdoce spécial. C’est en premier lieu le sacerdoce du Christ. Ce sacerdoce constitue une partie essentielle et, par conséquent, permanente du royaume de Dieu, fondé et organisé par le sauveur.

JPEG - 988.3 ko
Le prêtre,
icône vivante de Jésus grand prêtre.
(ici des prêtres orthodoxes)

De plus, Jésus Christ a conféré lui-même et directement une autorité sacerdotale à ses apôtres, non point sans doute par voie liturgique, mais cependant de manière sensible. Et il leur a donné une autorité sacerdotale souveraine. Cette souveraineté inclut la capacité de transmettre cette autorité sacerdotale : on voit ainsi les apôtres remplir leur mission en se créant des aides et des successeurs, en communiquant à d’autres le pouvoir du sacerdoce.

Le moyen de cette transmission, comme le suggèrent les textes de Nouveau Testament, était certainement un rite objectif - une ordination par imposition des mains - permettant de désigner aux yeux de tous ces nouveaux prêtres. Et il faut admettre qu’en même une grâce d’état était attachée à cette imposition des mains.

Nous retrouvons donc dans l’ordination tous les éléments d’un sacrement :

  • être une icône : l’ordination tire de son rite liturgique - l’imposition des mains - une portée symbolique que la prière vient expliciter. Ici la consécration sacerdotale.
  • être une icône de Jésus-Christ : ici être une icône du Christ grand-prêtre selon l’ordre du roi Melchisédek. On dit d’ailleurs des prêtres qu’ils parlent in persona Christi.
  • être une icône instituée par Jésus-Christ : ici l’institution directe a pour objet l’autorité sacerdotale conférée aux apôtres et pratiquée par eux dans les premiers temps de l’Église.
  • être une icône vivante : l’ordination est « vivante » car elle est confère en vertu de sa signification une grâce d’état.

Répondre à cet article