L’intention est-elle le fait de l’intelligence ou de la liberté ?

mardi 29 septembre 2015, par theopedie

En bref : St. Augustin dit : « L’intention de la liberté unit à la vue le corps qui est vu ; et pareillement elle unit l’idée existant dans la mémoire à la fine pointe de l’esprit qui médite intérieurement. » L’intention est donc le fait de la liberté.

Intention, comme le nom même l’indique, signifie « tendre vers quelque réalité », et cela provient de l’influence qu’un objet exerce sur un autre. Mais, que ce deuxième objet soit orienté vers quelque chose, cela procède de l’influence exercée par ce premier objet, de sorte que l’intention appartient premièrement et comme à son principe à ce qui exerce une influence en orientant vers un idéal. C’est ainsi que nous disons de l’architecte qu’il oriente par son commandement les artisans vers un idéal dont ces artisans ont eux-mêmes l’intention. Or, influencer ainsi vers leur idéal les facultés psychiques, cela appartient à la liberté, comme on l’a montré. On voit ainsi que l’intention est le fait propre de la liberté.

Objections et solutions :

1. On lit en st. Matthieu (6, 22) : « Si ton œil est pur, ton corps tout entier sera dans la lumière », l’œil, signifiant ici l’intention, selon st. Augustin. Mais l’œil, du fait qu’il est l’instrument de la vue, désigne aussi une faculté cognitive. L’intention n’est donc pas le fait de notre aspiration mais de la faculté de connaître.

• C’est par métaphore que l’intention est appelée œil, non parce qu’elle serait affaire de connaissance, mais parce qu’elle présuppose une certaine pensée (c’est en effet par une certaine pensée qu’un certain idéal est présent dans notre liberté et que cet idéal exerce son influence). Ainsi de notre œil qui nous fait voir d’avance l’objectif vers lequel notre corps s’oriente.

2. St. Augustin affirme au même endroit que l’intention est appelée lumière par le Seigneur quand il dit (Mt 6, 23) : « Si la lumière qui est en toi est ténèbre... » Or la lumière est affaire de connaissance, donc l’intention aussi.

• L’intention est appelée lumière parce qu’elle est manifeste pour celui qui l’exerce. De même les œuvres sont appelées ténèbres du fait que l’homme sait vers quoi il tend, mais ignore ce qui résultera de son action. C’est l’explication de st. Augustin sur ce passage.

3. L’intention désigne le fait d’être orienté à un idéal ; mais l’orientation est le fait de la conscience ; l’intention n’appartient donc pas à la liberté mais à la conscience .

• Ce n’est pas la liberté qui oriente, mais elle est orientée à quelque chose selon l’orientation que lui confère la conscience. Ainsi, le mot intention est le fait de liberté, mais présuppose une orientation consciente vers un idéal

4. Le fait de la liberté concerne l’idéal, ou sur les moyens. Par rapport à l’idéal, ce fait est nommé souhait ou épanouissement , et à l’égard des moyens, il est appelé choix ; or l’intention ne se confond avec aucun de ces faits ; elle n’est donc pas le fait de la liberté.

• L’intention est le fait de la liberté envers un idéal. Or, il y a trois façons pour la liberté de se rapporter à un idéal. De manière absolue : on parle alors de souhait. Par exemple quand nous souhaitons de manière absolue être en bonne santé ou obtenir certaines perfections. On parle d’épanouissement quand la liberté se complaît dans un certain idéal. Troisièmement enfin, on peut regarder l’idéal comme étant le but vers lequel tend une réalité qui lui est ordonnée, et c’est en ce sens que l’intention se rapporte à l’idéal. Ce n’est pas en effet simplement parce que nous la souhaitons que l’on dit que nous tendons vers la santé, mais parce que nous souhaitons l’atteindre par le moyen d’une autre réalité.

Répondre à cet article