L’ignorance est-elle un défaut ?

mercredi 13 novembre 2013, par theopedie

L’ignorance est un manque de connaissance dans un sujet capable de posséder cette connaissance. Ainsi, il n’y a pas d’ignorance animale car les animaux n’ont qu’une capacité cognitive très limitée. À ce niveau-là, l’ignorance n’est pas un défaut, elle est simplement une limite naturelle.

JPEG - 165.1 ko
Calvin et Hobbes
L’ignorance

Il convient ensuite de se demander si une ignorance est problématique ou non. Par exemple, un électricien qui ignore la différence entre tension et intensité semble commettre une faute professionnelle. Mais s’il ignore les propriétés de certaines molécules chimiques, cette ignorance ne nous paraît pas problématique. Dans un cas, on parlera d’ignorance à proprement parler (ou encore d’ignorance positive), dans le deuxième cas, on parlera de nescience (ou d’ignorance négative). La différence entre ces deux types d’ignorance repose sur l’attente que l’on a vis-à-vis de nous :

  • si nous ignorons quelque chose d’utile, alors que nous pourrions le savoir et que l’on est en droit de l’attendre de nous, cette ignorance est un défaut (ignorance positive).
  • si on ignore quelque chose d’utile que l’on pourrait savoir, mais qui ne relève pas de ce que l’on est en droit d’attendre de nous, cette ignorance n’est pas à proprement parler un défaut (ignorance négative ou nescience).

La nescience peut même s’avérer être une qualité : d’une part parce que l’on ne peut pas tout savoir et qu’il faut donc choisir ses centres d’investissement intellectuel. La nescience apparaît ici comme une qualité d’organisation et de concentration favorisant une disponibilité intellectuelle, alors même que l’abondance actuelle d’informations excède souvent notre capacité de « digestion ». D’autre part parce que certaines choses ne sont pas à connaître : par exemple, il peut y avoir une curiosité malsaine en matière de mœurs. Enfin, parce que la nescience est liée à une autre qualité intellectuelle : l’humilité.

Répondre à cet article