L’histoire d’Adam et Ève est-elle un poème ?

jeudi 16 janvier 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

Le nombre de métaphores employés dans le second chapitre de la Genèse (les arbres de la vie et le connaissance, le serpent et le fruit défendu, la création d’Adam et d’Ève) amène naturellement à qualifier ce texte de poème.
Cette qualification oblige à un certain effort de lecture : un poème ne saurait jamais être pris au premier degré. Son véritable sens peut être bien difficile à discerner au milieu de toutes ces métaphores. Ainsi, dire que le récit d’Adam et Ève est un récit poétique oblige le lecteur à distinguer ce qui ressortit aux images poétiques et ce qui relève de la réalité évoquée à travers ces images.

L’histoire d’Adam et d’Ève
racontée comme un poème
theopedie, zZ2Vedl3zbU

En étudiant attentivement le texte biblique, on peut alors montrer qu’il décrit un événement historique très précis : le passage de l’animalité à l’humanité et l’émergence de la conscience morale au sein de la psychologie hominidée. Toujours selon la Bible, ce passage ne s’est pas fait sans difficulté. La Bible décrit ainsi de façon poétique la première découverte et le premier drame de l’humanité.

Cette qualification a comme seconde conséquence d’obliger à repenser la manière dont la Bible se reporte à l’histoire. Une image peut tout à fait ne jamais avoir eu lieu et renvoyer pourtant à une réalité qui, elle, a bien eu lieu. Dire qu’une réalité n’a pas eu lieu parce que la métaphore qui permet de la décrire n’est pas historique, c’est confondre le signifiant et le signifié. Ainsi en est-il d’Adam :

  • l’exégèse moderne n’a jamais prétendu qu’il fallait prendre les métaphores du texte biblique au pied de la lettre (la création à partir de la terre, l’arbre du bien et du mal, le serpent, etc).
  • Par contre, l’événement auquel ces métaphores renvoient, le fait qu’il y ait eu un premier homme et qu’il ait commis un péché grave, reste une réalité historique.
Adam & Eve (Animation)
Seule une caricature du récit amène
le lecteur à penser qu’il s’agit d’un mythe
maxximuss1979

Le temps n’est plus où exégètes et théologiens prétendaient sauver la littéralité de tous les détails du récit de la Genèse. On a reconnu, en étudiant la question des formes littéraires, qu’il s’agissait là d’un récit populaire et imagé. Connaissant mieux les modes d’expression des anciens orientaux, on n’imagine plus aujourd’hui que Dieu ait réellement pris de la boue pour façonner le corps de l’homme, que la femme soit sortie d’une côté d’Adam, que la tentation se soit présentée sous l’apparence d’un fruit à manger, que le tentateur ait pris effectivement la forme d’un serpent. Il n’en reste pas moins que ce récit rend compte d’une vérité historique profonde et qu’il fournit un enseignement religieux authentique reposant sur des faits. Ce n’est pas une mythologie. (Cours d’initiation à la théologie, manuel du Saulchoir, III, p 295)

2 Messages

  • L’histoire d’Adam et Ève est-elle un poème ? Le 6 décembre 2014 à 16:46, par LeChercheur

    LE RÉCIT BIBLIQUE DE ADAM ET ÈVE

    UNE ÉTONNANTE PRÉCISION SCIENTIFIQUE !

    La science génétique a depuis longtemps confirmé que les humains ont tous une même origine, c’est-à-dire un premier père et une première mère, ce qui est en accord avec le récit de la création dans la Genèse. Le livre biblique d’Acte 17:26 dit que d’un seul homme, Dieu a fait toutes les nations d’hommes pour habiter sur toute la surface de la terre c’est en parfait accord avec la loi de la génétique.

    Il est intéressant de noter que Dieu fit dormir Adam (comme on le fait dans une importante opération chirurgicale,) a pris une de ses côtes, pour s’en servir lors de la création de la première femme. La science a démontrée que si la membrane de tissu conjonctif d’une côte est intacte, elle repousse. Incorporant ainsi des éléments d’Adam dans Ève, cela soutient encore plus fortement que l’humanité forme génétiquement une même famille. L’emploi de la côte d’Adam dans la création de la première femme fait pensé à des découvertes scientifiques sur le clonage. En 1996, le mouton Dolly, a été cloné à partir d’une glande mammaire de brebis. En 2008 à partir de cellules de peau prélevées sur des adultes ont a obtenus des embryons humains matures. Le récit biblique dit que Jéhovah créa Adam à partir de la poussière du sol. La science nous dit que le corps humain est constitué de 41 éléments chimiques or, on les retrouve tous sur le sol de la terre. C’est donc encore une fois, en accord avec la science.

    Selon la bible, Jéhovah a créé les humains pour vivre éternellement sur une terre paradisiaque à condition qu’ils restent obéissants. Regardons le cerveau humain dont sa structure physique de l’ADN est la chose la plus complexe jamais découverte dans l’univers. Grâce aux recherches comme ceux de James Watson et Gerald Edelman, la science a découvert que si nous considérions toutes les connexions et toutes leurs combinaisons possibles, notre cerveau pourrait en théorie, fonctionner indéfiniment.

    Il y va de même pour la structure très complexe du corps humain. Il est constitué de quelque 7 000 quatrillions d’atomes, de 100 billions de cellules, de dizaines d’organes et d’au moins neuf systèmes majeurs. Pourtant, contrairement aux animaux, les cellules humaines se régénèrent régulièrement avec une copie exacte de notre ADN. En théorie, ce processus devrait être sans fin. C’est une grande énigme pour la science le fait que ce processus cesse de fonctionner. Selon le biologiste John Medina, ils y auraient de mystérieux signaux qui ordonneraient aux cellules de vieillir et de mourir. Il n’est donc pas étonnant que la science ne soit pas encore parvenue à comprendre entièrement la mort. Ces faits s’accordent avec le dessin original de Dieu concernant la possibilité de vie éternelle pour Adam, Ève et leurs descendances sur la terre. En effet, si Adam et Ève n’avaient pas péché, eux et toute l’humanité seraient actuellement sur une terre paradisiaque. Si la science n’a pas de réponse concernant la fin de processus de renouvellement des cellules humaines, la bible elle en donne l’explication, la désobéissance d’Adam et Ève a détraquée le fonctionnement de leur corps.

    Ne trouvez-vous pas que pour un soi-disant mythe, le récit biblique de la création d’Adam et Ève étonne par son exactitude scientifique ?

    ON PEU AVOIR CONFIANCE EN LA BIBLE

    L’HONNÊTETÉ DE LA BIBLE

    Les gens d’expérience et matures font rarement confiance aux vantards, pourquoi ? C’est qu’ils font régulièrement usage à la fois d’exagérations et d’omissions des choses qui peuvent ternir leur image. Pour soigner leur image, ils ont souvent recours au mensonge.

    Quand on consulte les écrits des dirigeants païens qui vivaient aux temps bibliques, nous constatons une profonde dissimilitude avec la bible. Très souvent, les rois exagéraient leurs victoires et diminuaient ou carrément ignoraient leurs défaites dans leurs écrits. La vantardise et l’élévation étaient une pratique courante. Seule la bible fait exception.

    Les bonnes et mauvaises actions des rois et autres personnages bibliques sont étalées avec franchise ainsi que leurs victoires et défaites. Les nombreux jugements de Dieu défavorables envers ces derniers également. Bref, la bible ne ménage personne. Par exemple, Moise, Aaron et David ont été sévèrement réprimandés ainsi que le peuple dans son entier. En général, on aime à ce que l’on nous dit la vérité. C’est ce que la bible fait. Dieu désir des adorateurs qui cherchent et pratiquent la vérité.

    SON ENSEIGNEMENT MORAL

    Lorsque ses lois et principes sont observés, elle favorise un meilleur milieu de vie. La moralité biblique contrastait avec celles des nations païennes environnantes. Le respect des normes biblique sur la sexualité et la fidélité conjugale favorise une stabilité familiale et empêche les maladies sexuelles.

    LA CONTAMINATION MICROBIENNE

    Il y a des règles et récits bibliques qui sont en accord avec des faits scientifiques, qui furent connus des hommes, que des siècles voir des milliers d’années plus tard.

    Alors que l’existence des microbes n’est connue des humains que depuis environ 200 ans, les exigences sanitaires consignées au chapitre 23 de Deutéronome diminuent de beaucoup la contamination bactérienne. En résumé, les latrines devaient être éloignés du camp et les excréments recouverts. Ceci est en accord avec les règles modernes sanitaires en région éloignée où il n’existe pas de facilité.

    Il y a pas si longtemps, il y a 200 ans, les médecins ont contaminé beaucoup de patients en touchant des cadavres puis en soignants des malades sans se laver les mains. Pourtant des milliers d’années avant, la loi biblique exigeait qu’au contact d’un cadavre, les Israelites se devaient de se laver ainsi que les vêtements qu’ils portaient.

    Au temps biblique, il fallait éviter l’absorption et tout contact avec le sang. Aujourd’hui, pour des raisons sanitaires, beaucoup de pays exigent que les animaux soient vidés de leur sang avant la consommation. L’infirmière qui fait une prise de sang se protège à l’aide de gants, contre une possible contamination avec le sang. Après la vaccination, on jette immédiatement et de façon sécuritaire les seringues pour la même raison.

    Quand une maladie infectieuse se manifeste, comme c’est actuellement le cas en Afrique avec l’Ebola, la mesure immédiate à faire est la mise en quarantaine pour combattre la propagation. Selon une source, la mise en quarantaine n’existe que depuis le XVIIe et c’était pour éviter la propagation de la peste. Des milliers d’années auparavant, la bible elle imposait la mise en quarantaine des lépreux. Comment Moïse pouvait savoir tout cela, alors que l’existence des microbes était totalement inconnue ? Il a bien fallu une inspiration divine.

    LES FAITS SCIENTIFIQUES

    Prenons le récit de la création. L’ordre dans lequel la vie fut créée correspond dans l’ensemble, à l’ordre observé par les archéologues. Or, au temps où le livre de la Genèse fut rédigé, les fouilles archéologiques n’existaient pas. Moïse n’avait aucun moyen de savoir cela. Il a bien fallu une inspiration divine.

    Bien avant les confirmations scientifiques, la bible spécifia que la terre était en forme de cercle (Esaie 40 : 22) et suspendue dans le vide ( Job 26 : 7 ).

    La bible décri avec simplicité et avec justesse le parcours cyclique de l’eau sur la terre. (Ecclésiaste 1 : 7)

    LOI DE LA GÉNÉTIQUE

    La Genèse dit : les animaux se reproduisent selon leurs espèces. Ceci est conforme à la loi sur la génétique et au constat. Les éleveurs d’animaux le savent très bien, il y a des limites aux croisements des animaux. Deux exemples, un cheval se croise avec un âne, produisent un mulet qui est stérile, fin de l’espèce. Un lion se croise avec un tigre, donne des petits dans la majorité des cas stériles. Dans les rares cas où ils ne le sont pas, ils sont tellement tarés qu’ils ne peuvent pas survivre à l’état sauvage et leurs rejetons seront probablement stériles, fin de l’espèce.

    L’humanité a hérité de l’imperfection à cause du péché d’Adam et Ève et conforme aux lois scientifiques sur la génétique. Bref, les enfants héritent des caractéristiques de leurs parents.

    LES PROPHÉTIES BIBLIQUES

    À cause de l’ère atomique et de la pollution planétaire, une éventuelle disparition de la terre et de la vie provoquée par la capacité scientifique et industrielle de l’homme est du domaine du possible. Ce sujet est abordé tous les jours et n’étonne plus personne. Toutefois, ces capacités n’étaient pas envisageables aux temps bibliques. Rien ne menaçait sérieusement la terre.

    Alors, comment expliquer que la bible aborde le sujet ?

    Le Créateur stipule qu’il a solidement formé la terre et fait ces étonnantes précisions ; la terre n’a pas été créée pour rien, il l’a faite pour être habité (Isaie 45 : 18), la terre va rester pour des temps indéfinis (Ecclésiaste 1:4) et se fait rassurent en ajoutant que les justes vivrons pour toujours sur la terre (Psaume 37:29). Seul le Créateur qui connait l’avenir pouvait savoir que la terre allait être à une époque menacée.

    Le livre de la révélation ou l’apocalypse qui fut rédigé pour le temps de la fin contient plusieurs prophéties. L’une d’entre elles dit que le Créateur va détruire ceux qui ruinent la terre. (Apocalypse ou Révélation 11 : 18) Comment savait l’apôtre Jean qu’un jour la terre serait ruinée par l’homme ? Il fut forcément inspiré par Dieu. Nous sommes tous en mesure de constater aujourd’hui que la terre est saccagée par l’intervention humaine. Toutefois, Dieu promet que la terre va toujours exister et habiter par l’homme. Cela veut dire également que Dieu va intervenir.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article