L’explication de type scientifique (d’après Swinburne)

mercredi 28 mai 2014, par Denis Cerba

En bref : L’explication de type scientifique est l’un des deux grands types d’explication possibles. Elle procède en invoquant des « conditions initiales » et une ou plusieurs « lois de la nature ».

Pour Swinburne, si Dieu est le créateur de toutes choses, alors l’existence de toute chose s’explique par l’action créatrice de Dieu. « Dieu explique toute chose » : c’est une affirmation centrale du théisme, une proposition crédale.

Pour savoir s’il est cohérent d’affirmer que « Dieu explique toute chose », il faut premièrement comprendre le sens de cette affirmation. Pour cela, il faut comprendre ce que signifie « expliquer ».

 Explication personnelle vs explication scientifique

Swinburne considère qu’il existe deux grands types d’explication :

  1. l’explication (de type) scientifique ;
  2. l’explication (de type) personnelle.

La thèse de Swinburne est que dans l’affirmation théiste que « Dieu explique toute chose », « expliquer » s’entend au sens d’une explication de type personnelle. Quand le théiste affirme que « Dieu explique tout », il ne s’agit pas d’une explication de type scientifique, mais d’une explication d’un autre genre : du genre de celle qu’on donne quand on dit que quelque chose s’explique par l’action intentionnelle d’une personne.

Avant d’expliquer en quoi consiste la différence entre explication de type scientifique et explication personnelle, il convient de repousser d’emblée certaines idées fausses qu’on a spontanément tendance à avoir à ce sujet : la distinction explication scientifique/explication personnelle ne comporte aucune dévalorisation d’un type d’explication par rapport à l’autre. Swinburne ne donne ni dans l’attitude obscurantiste consistant à mépriser l’explication simplement « scientifique » des choses, ni dans l’attitude scientiste consistant à mépriser toute tentative d’explication non strictement « scientifique ». Il veut dire simplement qu’il y a deux grands types d’explications différentes, également valides, irréductibles l’une à l’autre, qui ont chacune leur rôle à jouer sans entrer en concurrence l’une avec l’autre. En particulier, dire qu’une explication personnelle n’est pas de type scientifique, ce n’est pas dire qu’elle n’est pas rigoureuse : l’explication personnelle et l’explication scientifique (au sens strict) sont toutes deux « scientifiques » au sens large (c’est-à-dire : rigoureuses et vraiment explicatives).

 Qu’est-ce qu’une explication de type scientifique ?

Ramenée à l’essentiel, une explication scientifique cite deux éléments :

  1. certaines conditions initiales,
  2. et une certaine vérité générale (dans l’idéal : une loi de la nature).

Appliquée aux conditions initiales, la vérité générale affirme l’occurrence de l’effet qu’on veut expliquer (et qui se trouve par là même expliqué).

Une explication scientifique d’un événement (ou d’un état) fait intervenir deux éléments : un événement (ou un état du monde) antérieur, et une ou plusieurs lois de la nature (ou d’autres types de généralisations avérées portant sur ce qui se produit toujours ou habituellement) qui ont pour conséquence que cet événement (ou état) antérieur est suivi de l’événement (ou état) à expliquer. On explique telle explosion particulière par l’ignition de telle quantité particulière de poudre à canon dans des conditions déterminées de température, de pression et d’humidité, et par la vérité générale que dans de telles circonstances la poudre à canon explose immanquablement. On explique le fait que tel morceau de papier tournesol devienne rouge par le fait qu’il ait été plongé dans l’acide et par la vérité générale que l’acide fait immanquablement rougir le papier tournesol. Les explications scientifiques sophistiquées font intervenir de nombreuses lois (ou généralisations) et des événements (ou états) antérieurs complexes, dont l’occurrence de l’événement (ou de l’état) à expliquer est une conséquence plus ou moins éloignée. C’est une conséquence des lois de Newton et du positionnement du soleil et des planètes il y a des milliers d’années, qu’ils se trouvent aujourd’hui dans les positions qui sont les leurs. On appelle souvent l’état (ou événement) antérieur les « conditions initiales ». L’opération des lois fait que les conditions initiales produisent l’événement postérieur.
On n’utilise pas seulement ce modèle scientifique d’explication quand on fait de la science (à quelque degré de sophistication que ce soit), mais également, massivement, dans les explications ordinaires qu’on donne des phénomènes quotidiens : on explique que ce fromage soit moisi par le fait qu’il ait été laissé à la chaleur depuis deux semaines et par la vérité générale que presque toujours des fromages, dans ces conditions, moisissent... (The Coherence of Theism, 1993, ch. 8, p. 134)

Répondre à cet article