L’eucharistie (messe) est-elle une invention de saint Paul ?

dimanche 9 novembre 2014, par theopedie

En 1 Corinthiens 11, 17-29, Paul affirme certes transmettre une doctrine reçue par une révélation particulière. Mais cette révélation particulière porte sur le sens du rite, non sur le rite lui-même.

Il n’existe aucune raison de dénier à Jésus l’institution de l’eucharistie. Au contraire, ceux qui le prétendraient devraient aussi répondre à ces questions dont on imagine mal aisément la réponse :

JPEG - 87.8 ko
Saint Paul
Mosaïque

  • Pourquoi accorder une profondeur théologique à saint Paul (dogme de la présence eucharistique, foi dans la résurrection) que l’on refuserait à Jésus ? Pourquoi saint Paul serait-il le seul à avoir perçu ce qu’il y a de transcendant dans la personne de Jésus et dans son repas d’adieu, au point que Jésus lui-même ne l’aurait pas perçu ?
  • Si saint Paul est l’auteur de la doctrine eucharistique, comment est-il parvenu à l’imposer aux apôtres et aux premières communautés qu’ils fondèrent ?
  • Si saint Paul tient sa doctrine d’une révélation particulière, comment cette révélation particulière peut-elle porter sur un épisode passé entre Jésus et ses disciples ? Et si tel est le cas, comment peut-il être crédible ? Les apôtres ne sont-ils pas mieux placés que lui ? Comment une révélation particulière peut-elle sur ce sujet remplacer la tradition apostolique ?

On voit encore saint Paul affirmer sa singularité à un autre sujet en Galates 1, 11-12. Mais en 1 Co, comme en Ga 1, ce ne sont pas les faits historiques qui lui ont été révélés : ceux-ci font partie de la catéchèse commune. Ce sont leurs significations intimes que Paul a perçues par une contemplation directe du Maître. Ainsi, saint Paul rapporte-il les paroles de la cène telles qu’on les retrouve quasi textuellement dans les synoptiques : tout cela dérive d’une tradition collective et non personnelle. C’est le sens de cette tradition qui appartient à la contemplation de saint Paul : Jésus est présent dans l’eucharistie. Les apôtres le lui avaient appris, mais c’est sa contemplation qui lui a permis de le réaliser.

Répondre à cet article