L’éternité est-il le propre de l’Absolu ?

dimanche 4 mai 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : De même que seul l’Absolu est authentiquement immuable, de même seul l’Absolu divin est authentiquement éternel.

Voici ce que dit saint Thomas d’Aquin à ce propos :

Ezekiel Saw The Wheel
The Charioteers
(+ Satan wears number 11 shoes)
Les roues dans les roues :
image de l’éternité divine
KittyCatInAMicrowave, 7f69SLJPNRU

Saint Jérôme le dit : « il n’y a que l’Absolu divin qui soit sans origine » ; or, ce qui a une origine n’est pas éternel. Ainsi il n’y a que l’Absolu divin qui soit à proprement parler éternel ; car l’éternité est une conséquence de l’immutabilité. Or seul l’Absolu divin est absolument immuable. Toutefois, dans la mesure où certains réalités participent à son immuabilité, celles-ci participent à son éternité.

Certaines réalités ont en partage l’immutabilité en ce qu’elles ne cessent d’exister, comme il est dit de l’univers. Ainsi dans l’Ecclésiaste I,4 : « éternelle, la terre demeure ». À d’autres réalités est attribuée l’éternité en raison de leur très longue durée, bien qu’elles doivent périr un jour. C’est ainsi que les psaumes parlent des montagnes éternelles (Ps 75) et qu’il est question des fruits de collines éternelles (Dt 33).

D’autres réalités participent encore davantage à l’éternité de Dieu, selon qu’elles sont incorruptibles dans leur être ou même, en outre, immuables dans leur opération, comme les anges et les bienheureux qui jouissent du Verbe. Car à l’égard de cette vision du Verbe, il n’y a pas chez les saints de pensées successives, ainsi que l’explique saint Augustin (De Trinitate, 15,16). Aussi bien, ceux qui voient Dieu sont-ils dits, dans l’Évangile, posséder la vie éternelle, d’après ces paroles de saint Jean : « la vie éternelle, c’est qu’ils vous connaissent, vous le seul vrai Dieu ».

What Is Time ?
Determinism, Quantum Physics, Consciousness, Free Will, Causality...
Cracking The Nutshell

Quant aux idées éternelles et aux lois de l’univers qu’’étudient les sciences physiques, on peut les considérer soient comme atemporelle en tant que résultats d’une abstraction cognitive, soit comme éternelle en tant que résidant l’esprit divin.

Répondre à cet article