L’athéisme est-il une religion ?

lundi 23 septembre 2013, par theopedie

Se demander si l’athéisme est une religion, c’est se poser une question délicate, car tout dépend de ce que l’on entend par athéisme et par religion. Si toutefois on prend ces deux termes dans leur acception rigoureuse, il semble bien qu’il faille dire que l’athéisme est une forme de religion.

Pour bien le voir, commençons par expliciter le terme de religion. Parce que les sociétés occidentales sont marquées par le christianisme qui met Dieu au de la religion, la notion de religion est devenue synonyme de « Ensemble de rapports entre Dieu et les hommes ». Toutefois, si l’on veut pouvoir inclure le bouddhisme ou d’autres spiritualités qui sont clairement des religions, il convient de définir de manière plus rigoureuse ce terme.

On dira alors que la religion désigne « un ensemble structuré de rapports entre les hommes et le sacré ». Ces rapports sont généralement structurés par :

Coca Cola Commercial World Cup 98
Le foot comme religion
Song : « Atomic » by Blondie
Panfilo99

  1. des croyances communes ;
  2. des pratiques communes ;
  3. une histoire fondatrice partagée.

Ainsi, d’une manière qui étonne ceux qui ne sont pas habitués à la sociologie des religions, le foot est considéré par les spécialistes des religions comme l’exemple même d’une religion moderne. Les hommes communient autour d’un culte rendu à la compétition et la performance. On y croit aux valeurs de solidarité et d’esprit d’équipe, à l’endurance, à la force, etc. L’histoire sainte est celle du club de foot que l’on supporte et les pratiques seront liés à la télévision, au journal L’équipe, etc. La religion est donc d’abord un concept sociologique et non pas une attitude mentale. Se demander si l’athéisme est une religion, c’est donc l’étudier en sociologue.

GIF - 169.1 ko
Spiritualité et athéisme
Le sacré est aussi présent dans l’athéisme

L’athéisme peut-il entrer dans cette définition de la religion ? Tout dépend du type d’athéisme considéré. Par exemple, l’anticléricalisme entre ainsi parfaitement dans cette définition : on y trouve une histoire fondatrice (celle de la séparation entre l’Église et l’État) ; des pratiques communes (mariages civils, baptêmes civils, etc) et des croyances communes (la liberté individuelle, la tolérance deviennent des valeurs sacrées). Inversement, l’agnosticisme n’est pas une religion : puisqu’il s’agit d’un athéisme implicite non revendiqué, on n’y trouve pas de pratiques clairement définies. De même, le laïcisme tend à devenir une religion au fur et à mesure qu’elle se rapproche de l’anticléricalisme.

Si l’on prend maintenant, l’athéisme au sens strict, c’est à dire « le rejet explicite et revendiqué d’une quelconque réalité surnaturelle (Nirvana, Dieu, éternité) et des propriétés qui lui sont attribuées (providence ; absolu ; simplicité ; etc.) ». Dans l’athéisme on trouve clairement

JPEG - 34.2 ko
L’athéisme est-il une religion ?
Apparemment non, car l’athéisme serait une simple croyance négative. Mais pour répondre à la question, l’athéisme doit être ici considéré non comme simple position philosophique mais comme une attitude sociologique.

  • une communion des hommes autour d’une symbolique du sacré : notion de fraternité, sacralisation de la liberté individuelle et de la connaissance
  • des croyances communes : vision matérialiste du monde ; morale laïque centrée autour de la tolérance ; sens donné à l’histoire à travers la notion de progrès.
  • une histoire sainte de type hagiographique avec ses héros et ses drames : Darwin ; Russell ; Einstein ; la lutte entre l’obscurantisme religieux et la lumière de la science.

C’est autour de la notion de pratique qu’il y a le plus d’interrogations. Dans la mesure où il n’y a pas d’athéisme institutionnalisé, on ne trouve pas de rite officiel. Notons toutefois les points suivants :

Cérémonies athées
Positive atheism : une nouvelle religion ?
En tout cas, cela n’a pas l’air drôle...
DonBakerTheAtheist

  • on trouve parfois des rites de substitution (baptêmes civils, etc).
  • des rites se développent en marge des religions et qui accompagnent probablement l’essor de l’athéisme : incinération des personnes ; mariages civils ; rite de passage scolaire (baccalauréat), cérémonies républicaines.
  • certaines pratiques religieuses sont combattues (prosélytisme, processions, port de signes religieux).
  • aujourd’hui l’athéisme qui se revendique tend à s’organiser de manière plus positive en associations dotés de réelles pratiques (illuminaci, positive atheism, etc).

En conclusion, on dira que plus l’athéisme est revendiqué et plus il est religieux.

8 Messages

  • L’athéisme est-il une religion ? Le 27 décembre 2014 à 18:42, par aziz benchamma( MAROC)

    Salut, moi je vois que l athéisme n est pas une vide morale, c est un éveil de l intelligence et la réalisation des valeurs très humain au sens Neitzchien de terme..

    Répondre à ce message

  • L’athéisme est-il une religion ? Le 11 avril 2015 à 08:20, par Jim

    Il existe une religion athée, il s’agit du « Mouvement raélien ».
    Cette religion a pour base, d’affirmer que la vie terrestre est le résultat d’une création scientifique par des humains venus d’une autre planète.
    Donc, il s’agit bien d’un athéisme revendiqué, tout en étant une religion, puisqu’elle réunit des personnes qui partagent la mème croyance.

    Répondre à ce message

  • L’athéisme est-il une religion ? Le 23 avril 2015 à 14:25, par Amenesh

    Vouloir faire rentrer le bouddhisme dans les religions et donc modifier la définition de la religion pour celà, crée d’emblée un biais.

    Ensuite, en vous lisant, je vois un amalgame entre athéisme et société civile moderne ; une confusion entre définir des valeurs de sociétés et sacraliser des valeurs. On a une acceptation du mot sacré qui parle bien de l’importance donner à un concept non religieux, mais c’est un acceptation bien différente de la religiosité. En déduire que donner de l’importance au chose revient à en faire du sacré et revient à en faire ou participer à une religion, c’est un raccourci intellectuel dangereux. Dans ce cas, toute personne ayant des valeurs fait religion, non ?

    Et si le football est une religion, toute passion ou idéologie en est une. Le mot religion devient alors valise et vide de sens et il faudrait donc savoir ce qu’on cherche en posant la question « l’athéisme est-il une religion ? »

    S’il s’agit de le comparer au religion au sens commun du terme (chrisitanisme et autres), on est quand même très loin. L’athéisme n’a ni dogme, ni rituels. Ce n’est pas la croyance en rien, mais l’absence de croyance. Evidemment, si vous n’avez pas de croyance et qu’on vous demande si Dieu Existe, vous répondez que vous n’y croyez pas, ou que vous pensez qu’il n’existe pas. Ca n’en fait pas -sic- pour autant profession de foi.

    Quand l’athéisme devient militant (antithéiste), il s’apparente davantage à la religion en celà qu’il procède d’une vraie doctrine, d’une volonté ; mais ce qui s’en rapproche le plus est du domaine de l’idéologie sans pour autant parler de religion car il n’y a pas de sacré religieux dans l’athéisme ; par définition.

    Au final votre conclusion reste intéressante, même si encore une fois parler de religion en ce sens induit la confusion ; car il s’agirait simplement d’un positionnement philosophique autour duquel certains tentent de s’organiser, souvent en simple résistance avec la pression religieuse sur une société laïque.

    Répondre à ce message

    • L’athéisme est-il une religion ? Le 24 avril 2015 à 10:39, par theopedie

      Merci pour votre post. Deux remarques me paraissent importantes :

      • De manière évidente, le bouddhisme est une religion. Le biais serait d’exclure le bouddhisme de la sphère des religions, pas de modifier de manière critique la définition du concept de religion.
      • De manière évidente, l’athéisme possède des dogmes ou en tout cas des mots qui fonctionnent comme des dogmes : le progrès, la démocratie, la liberté, etc.

      Ceci étant dit, je vous concède la majorité de vos remarques, et l’article demanderait à être réécrit pour en tenir compte. Une piste serait peut être de

      • distinguer un concept de religion au sens strict (gestion des rapports entre humains et sacré) et un autre au sens large (le culte de valeurs fondant une communauté)
      • différencier athéisme et laïcité, laquelle est en train d’évoluer vers une forme de religion civile.

      Répondre à ce message

      • L’athéisme est-il une religion ? Le 12 décembre 2015 à 20:59, par Cinqsnesetdemi

        La liberté un dogme ?
        Ceux qui défendent la liberté l’imposeraient alors à des personnes qui n’en veulent pas ! Cela n’a pas de sens. Imposer des dogmes comme vérité c’est restreindre la liberté.

        Le progrès :
        Il faudrait poser la question à nos ancêtres australopithèques qui, au fil des millénaires, ont amélioré les techniques de fabrication des silex taillés. L’ont-ils fait sous la pression du progrès en tant que dogme. Le progrès des techniques comme des idées est instinctif, on ne l’oblige pas ni ne l’impose, il est le fruit d’une adaptation dans un environnement en mouvement et changement permanent. L’Humain a la faculté d’exploiter les ressources qui l’entoure, cela conditionne sa survie.

        Avec la sacralisation vous vous persuadez que tous les humains sont comme vous, les croyants, qu’ils ont tous votre nécessité de donner un caractère religieux à des personnes, des objets. On peut admirer le génie d’Einstein sans le sacraliser, lui même ne le supporterait pas.

        La crémation : la ritualisation n’est pas la crémation elle-même mais tout l’habillage gestuel, matériel, spirituel que l’on pourrait y ajouter. Tous ne le font pas.

        Répondre à ce message

        • L’athéisme est-il une religion ? Le 15 décembre 2015 à 09:44, par theopedie

          Il y a bien un culte de la liberté et du progrès, qui en font des valeurs sacrées. Pour ce qui est de la crémation, je vous suggère d’aller voir comment les gens la pratique de manière rituelle.

          Répondre à ce message

        • L’athéisme est-il une religion ? Le 15 décembre 2015 à 11:18, par Denis Cerba

          Je trouve que vous avez foncièrement raison : même si marginalement l’amour de la liberté peut se durcir, se contredire et se transformer en « dogme », cela ne représente pas son essence profonde. Il y a un amour de la liberté et du progrès sur lequel il me semble important que « croyants » et « athées » cherchent à se rejoindre : fondamentalement, Dieu aime la liberté (un amour non libre ne vaut rien) et le progrès (la plénitude de « l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus » est encore en avant de nous). Ce point de convergence devrait nous mobiliser tous, plutôt que des anathèmes réciproques.

          Répondre à ce message

  • L’athéisme est-il une religion ? Le 12 août 2015 à 08:45, par Oviedo

    Pour apporter un complément à votre développement et hormis les jeux qui sont pour moi une réflexion d’une résultante majoritaire sociologique des civilisations.

    Le terreau de la religion est la croyance. Toute philosophie ou religion basée sur la croyance donne naissance à des coutumes et rituels.
    Le Bouddhisme est une philosophie qui exclut dans le raisonnement la notion de dieu car handicapante pour l’éveil et atteindre le Nirvana. A contrario, la réincarnation est bien basée sur la croyance.
    A allant directement à Michel Onfray et hédonisme sans passer par Platon, Epicure, Nietzsche et en oubliant expressément Schopenhauer. Ce sont bien des choix sociaux basés sur la croyance philosophique.

    Pour la science gnostique, l’absence de preuve ne constitue pas une preuve, ni même la multitude de témoignages si ceux-ci ne sont pas analysables ou reproductibles.
    Avec cette vision philosophique, le croyant convaincu ou l’athée convaincu, c’est un peu la même chose, les deux se figent dans des limites et croient sans preuve.

    Par contre l’humain relié à un système communautaire a besoin de règles précises pour construire une évolution d’harmonie sociétale ; et le principe même gnostique ne le permet pas aisément, car il ne peut trancher que par le savoir et la connaissance sans conviction ou croyance.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article