L’argument cosmologique est-il valide ?

lundi 27 janvier 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : Oui : l’argument cosmologique est un argument valide. Il permet de remonter avec rigueur de l’existence de l’univers à une réalité absolue : si l’univers existe alors qu’il aurait pu ne pas exister, c’est qu’il existe quelque chose qui le transcende et qui explique son existence.

Un argument est valide à deux conditions :

  1. Ses prémisses doivent être vérifiées.
  2. La conclusion doit découler logiquement des prémisses.

Ces deux conditions semblent vérifiées dans l’argument cosmologique :

  1. Les deux principales prémisses sont vérifées, à savoir : le principe de raison suffisante et la contingence de l’univers.
  2. La conclusion découle logiquement de ses prémisses, ce qu’il est possible de vérifier de manière brève et de manière détaillée.

La conclusion semble donc devoir être admise : il existe une réalité absolue (CQFD).

Liste des objections

Si beaucoup de critiques ont pu être formulées, aucune ne parait dirimente. Nous listons ci-dessous les principales critiques :

JPEG - 98.2 ko
Un contre-argument de trop ?
La technicité peut aussi être un signe de mauvaise foi.

Bien sûr, malgré les réponses que nous nous sommes efforcées de détailler, la conversation pourrait sans cesse se poursuivre sur des discussions techniques, lesquelles à force d’acribie, finissent par lasser même les plus rigoureux. Comme le dit Aristote, il faut savoir quelle exigence il est bienséant de poursuivre. Pour nous, nous l’avons en conscience atteinte.

4 Messages

  • L’argument cosmologique est-il valide ? Le 2 septembre 2015 à 19:26, par atomiste

    Bonjour,

    L’argument cosmologique résiste-t-il à l’atomisme ? Il me semble qu’Épicure, faisant suite à Aristote, avait réussi à se « débarrasser » de la cause première, et introduit le concept d’aléatoire (similaire à la physique quantique actuelle, je crois). Un modèle atomiste est-il « tenable » ? J’ai l’impression que oui : si des évènements se produisent sans cause, ou sans fermeture causale (par exemple, la désintégration atomique est causée par l’instabilité du noyau, mais le moment de cette désintégration n’a pas de cause), l’argument cosmologique est-il toujours valide ? En effet, il est souvent question de « potentialité » dans la métaphysique aristotélicienne, mais cette « potentialité » est-elle juste une « vue de l’esprit » ou existe-t-elle ?

    Je vous remercie pour vos réponses, et vous félicite pour la clarté de votre site.

    Répondre à ce message

    • L’argument cosmologique est-il valide ? Le 4 septembre 2015 à 10:37, par theopedie

      Votre question est complexe et demande plusieurs niveaux de réponses :

      • Par atomisme, on entend généralement une métaphysique qui postule des particules élémentaires (des atomes) servant de base de la structure physique. Quoiqu’il en soit de cette métaphysique, elle est parfaitement compatible avec l’argument cosmologique, puisque ces atomes, leur nombre et leurs propriétés, restent contingents et leur contingence demande une explication.
      • Il faut bien distinguer entre hasard et aléas. Dire qu’une chose est aléatoire, ce n’est pas dire qu’elle arrive par hasard. Dans un cas, cette chose arrive à cause d’une cause, quoique cette cause soit non calculable pour des raisons objectives, et donc non prévisible sauf statistiquement, à la manière d’un acte humain parfaitement libre (celui-ci est aléatoire, mais il a pourtant une cause). Dire au contraire qu’une chose arrive par hasard, c’est dire que son existence n’a aucun fondement. Dans un cas, le principe de causalité est sauvegardé, dans l’autre cas, il est violé.
      • Dans la métaphysique aristotélicienne, la potentialité est fondée dans la notion d’essence et de nature, et de matière.

      Répondre à ce message

      • L’argument cosmologique est-il valide ? Le 4 septembre 2015 à 19:20, par atomiste

        Bonsoir, et merci pour votre réponse. Vieil agnostique, votre site a le mérite de me faire hésiter, et de me reposer des questions dont la réponse me paraissait simple. Félicitations à vous pour votre travail de clarification.

        Aussi, je me permets de cibler un peu plus ma question.

        « Quoiqu’il en soit de cette métaphysique, elle est parfaitement compatible avec l’argument cosmologique, puisque ces atomes, leur nombre et leurs propriétés, restent contingents et leur contingence demande une explication. » : pourquoi ces atomes sont contingents ? On pourrait tout simplement dire qu’il est nécessaire qu’il y ait X atomes, de taille Y et de propriétés Z. Je peine à comprendre la difficulté.

        Concernant les deux points, je voulais m’épancher sur le concept de « clinamen ». Épicure aurait apparemment montré que la cause première était inutile en introduisant ce dernier. Il mentionne en effet qu’il se produit « au hasard » (et non « aléatoire » comme vous avez bien fait de corriger dans ma question). Pourquoi faudrait-il privilégier la cause première au hasard ? Ne s’agit-il pas de la même « entité » vu de deux façons différentes ? J’ai bien regardé vos deux liens, mais je ne vois pas en quoi il faudrait préférer l’un à l’autre.

        En vous remerciant.

        Répondre à ce message

        • L’argument cosmologique est-il valide ? Le 5 septembre 2015 à 10:30, par theopedie

          Bonjour,

          • concernant le premier point, je vous renvoie à cet article que j’ai modifié en essayant de tenir compte de votre question.
          • sans être un spécialiste ni d’Epicure, ni de physique élémentaire, il me semble a priori que le clinamen rentre davantage dans l’aléas que dans le hasard. Mais je peux me tromper. En tout cas, si on peut dire qu’une cause première peut être aléatoire (c’est-à dire soit non calculable, soit libre), mais non qu’une cause première peut être le hasard car on dirait que le hasard existe, qu’il est une entité, or le hasard à l’état pur ne saurait être une entité, ni même exister.

          En espérant vous répondre,

          Répondre à ce message

Répondre à cet article