L’absolu appartient-il à une catégorie ?

mercredi 23 avril 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : La catégorie est d’un point de vue logique antérieur aux éléments qui lui appartiennent. Or, par rapport à l’Absolu, rien n’a de priorité : ni réelle ni logique. L’Absolu n’appartient donc à aucune catégorie.

En effet, l’être de l’Absolu, voilà son essence et son identité même, comme on l’a vu. Si donc L’Absolu appartenait à une catégorie, cette catégorie serait nécessairement celle de l’« être » ou celle de la « réalité » puisque la catégorie désigne l’identité d’une chose et son essence. Or, Aristote montre (Métaphysique III,2,3) que la réalité ne forme pas une catégorie, car toute catégorie doit pouvoir se distinguer d’une autre catégorie par une certaine propriété, et l’on ne peut découvrir aucune catégorie en dehors de la réalité, vu que le non-être ne peut rien différencier, n’étant lui-même propriété de rien du tout. Il reste que l’Absolu n’appartient pas à une catégorie.

Enfin, toutes réalités appartenant à un genre commun doivent avoir, en commun aussi, la nature ou essence de la catégorie qui leur est attribuée : mais elles différent par l’existence ; car l’existence n’est pas la même, par exemple, pour l’homme et pour le cheval, pour tel homme ou pour tel autre homme : d’où il suit que, dans les réalités appartenant à une catégorie, l’être et la nature (ou essence) sont distincts. Or, dans l’Absolu, ces deux choses ne diffèrent point, comme on l’a montré. L’Absolu n’appartient donc à aucune catégorie.

On doit inférer de là qu’on ne peut classer l’Absolu dans aucune catégorie à l’aide d’aucun critère. Il ne peut être défini, et on ne peut démontrer de lui quoi que ce soit autrement que par ses effets : car toute définition s’établit par critère et par catégorie, et la déduction se fait à partir de la définition.

Cet article est tiré de la Somme de théologie, de saint Thomas d’Aquin, Ia, 3,5

2 Messages

  • L’absolu appartient-il à une catégorie ? Le 3 juin 2015 à 21:35, par Pierre

    Bonsoir, à cause de beaucoup de raisonnement j’arrive à concevoir Dieu, mais deux choses me troublent aux plus profond de moi qui font que sans cesse je m’éloigne de Dieu, lorsque saint Paul dit ’il est en tout et tout est en lui« , est-ce que cela peut être vrai avec les objections ’le néant est en tout et tout est dans le néant’ et ’le néant est tout », voila les mauvaises pensées qui ne cesse de me perturber l’esprit, pouvez vous me répondre par différent moyen de compréhension.

    Répondre à ce message

    • L’absolu appartient-il à une catégorie ? Le 4 juin 2015 à 11:08, par theopedie

      Vous avez entièrement raison de ne pas vouloir vous laisser perturber par ce genre d’affirmations, qui sont tout à fait fausses (et inspirées d’une philosophie de qualité douteuse).
      1) Quand St Paul dit que « Il est en tout » ou que « Tout est en Lui », il ne veut certainement pas parler du néant, mais d’un Dieu suprêmement existant, créateur et provident, qui est à l’origine de tout ce qui existe et qui veille amoureusement sur tout ce qui existe (les interprétations en termes de néant sont des projections d’inspiration néo-platoniciennes tout à fait étrangères au message de Paul et de la Bible en général).
      2) L’affirmation que « tout est néant » est tout simplement fausse ! Elle est contradictoire et se heurte à l’évidence la plus immédiate et la plus saine.
      3) On peut à la limite dire qu’« il y a du néant en tout », mais ça n’est pas une vérité particulièrement profonde ou importante : une théière n’est certes pas une casserole, mais uniquement parce que c’est une théière (et c’est ce qui compte !)... De façon général, ce qui est important et fondamental, c’est ce qui est (c’est l’être, le réel, et pas le néant) : il n’y a de « néant » que de façon secondaire, simplement parce qu’il y a fondamentalement du réel (Dieu et le monde). Ce sont donc le monde et Dieu qui doivent nous intéresser, pas le néant.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article