L’Eglise peut-elle pardonner tous les péchés ?

samedi 20 juin 2015, par theopedie

En bref : La puissance de lier et de délier que Jésus promet à ses disciples n’admet pas de limites.

Nul pécheur et nul péché ne sont exclus du pouvoir des clés : « tout ce que vous délierez » (Matthieu 18, 18) et « ceux à qui vous remettrez les péchés » (Jean 20, 23), telles sont les expressions dont s’est servi Jésus pour donner à son Eglise le pouvoir de pardonner les péchés.

 Péchés rémissibles et non rémissibles

La distinction entre péchés rémissibles et péchés non-rémissibles vaut du point de vue du pécheur, non du point de vue de Dieu. De la même manière, parce que le pouvoir de pardonner les péchés vient ultimement de Dieu, cette distinction entre péchés rémissibles et non-rémissibles ne vaut pas quand il est question du pouvoir judiciaire de l’Église. C’est, de part et d’autre, un seul et même tribunal dans lequel Dieu, par le ministère et le concours du prêtre, peut et veut remettre tous les péchés.

Plus précisément, les péchés dont il est question en Matthieu 12, 31-32 (blasphème contre l’Esprit Saint), 1 Jean 5, 16 (péché mortel) et encore Hébreux 6, 4-6 (apostasie) ne sont irrémissibles qu’en tant que, par leur nature, ils supposent l’endurcissement du cœur contre l’action de la grâce. C’est cet endurcissement qui amène les pharisiens à attribuer à l’œuvre du démon les merveilles de la grâce et qui les empêche d’ouvrir leurs âmes à la miséricorde (Matthieu 12, 24).

Mais on se gardera de trop vite juger ces péchés, tant il vrai qu’il est difficile de discerner en ce monde le bon grain de l’ivraie (Matthieu 13, 24-30). De même, il ne fait aucun doute que celui qui s’avance vers le tribunal de Dieu pour lui demander son pardon n’est pas coupable de ces péchés.

 Réitération

De la même manière, par le pouvoir des clés, tous les pécheurs peuvent être absous de tous les péchés, et non pas une fois seulement, mais « sept fois soixante-dix sept fois » (Matthieu 18, 22). C’est-à-dire : sans mesure et aussi souvent que l’on retombe dans le péché, et que l’on se repend sincèrement.

Répondre à cet article